Accueil/Actualités/L’ICOM lance la Liste rouge d’urgence des biens culturels syriens en péril au Metropolitan Museum of Art de New York
 

L’ICOM lance la Liste rouge d’urgence des biens culturels syriens en péril au Metropolitan Museum of Art de New York

La 13e Liste rouge de l’ICOM contribuera à la protection du patrimoine culturel syrien menacé par l’instabilité actuelle du pays.

L’ICOM lance la Liste rouge d’urgence des biens culturels syriens en péril au Metropolitan Museum of Art de New York

Emily K Rafferty, présidente du Metropolitan Museum ; Bonnie Burnham, présidente du World Monuments Fund ; Irina Bokova, directrice générale de l’UNESCO ; Thomas P Campbell, directeur et président du conseil d’administration du Metropolitan Museum ; Richard Kurin, sous-secretaire pour l’histoire, l’art et la culture, Smithsonian Institution; et Hans-Martin Hinz, Président de l’ICOM.

Mercredi 25 septembre, 2013, l’ICOM a lancé sa Liste rouge d’urgence des biens culturels syriens en péril au Metropolitan Museum of Art de New York devant plus de cent personnes. La publication a été développé afin de lutter contre le trafic des biens culturels et le pillage généralisé des sites du patrimoine culturel syrien signalé par de nombreuses sources depuis l’éclatement du conflit.

Les Listes rouges sont des outils de références efficaces qui illustrent les catégories et types d’objets culturels qui sont les plus susceptibles d’être revendus illégalement. Elles ont pour but d’aider les autorités policières et les professionnels du patrimoine à identifier et à protéger ces objets. Cette Liste rouge sera la 13e publiée à ce jour. Les Listes rouges précédentes ont porté sur l’Afghanistan, l’Égypte, l’Irak, Haïti et plusieurs autres pays.

Depuis le début du conflit en Syrie, l’ICOM surveille de près l’état du patrimoine culturel dans le pays. Vu l’urgence de la situation, l’équipe de la direction des programmes et du développement de l’ICOM a rapidement réagi  et a obtenu le soutien du Département d’État américain pour élaborer cette Liste rouge d’urgence avec la collaboration d’experts du monde entier.

Expliquant sa motivation pour l’élaboration de cette Liste rouge, Mme. France Desmarais, directrice des programmes et du développement à l’ICOM, a dit : « J’espère que cet outil, s’il est utilisé correctement, sera un élément clé pour prévenir et entraver le trafic illicite des objets archéologiques syriens, autant que la Liste rouge des antiquités afghanes en péril qui s’est révélée utile pour la restitution de milliers d’objets au musée de Kaboul. »

Le président de l’ICOM, M. Hans-Martin Hinz, a officiellement présenté la Liste rouge d’urgence des biens culturels syriens en péril en présence de Mme Irina Bokova, directrice générale de l’UNESCO,  M. Thomas P. Campbell, directeur et président du conseil d’administration du Metropolitan Museum et de Mme. Anne C. Richard, sous-secrétaire d'État chargée des populations, des réfugiés et des migrations. De nombreux représentants du Département d’État américain, des autorités policières nationales, des professionnels du patrimoine, des membres d'ICOM US et des représentants de la presse ont assisté à l’événement.

Le président de l’ICOM a signalé que les Listes rouges sont des outils particulièrement  précieux du fait de leur « efficacité à long terme ». Elles restent utiles pendant des décennies, parce qu’au lieu de fournir simplement un inventaire des objets volés, elles énumèrent des objets culturels qui sont légalement protégés et interdits à la vente. « Les objets présentés dans la liste aujourd’hui sont les mêmes que ceux qui seront recherchés demain sur le marché de l’art », a-t-il expliqué.

Le président de l’ICOM s’est engagé à poursuivre le rôle de l’Organisation en faveur de la protection du patrimoine culturel du monde entier, en disant : « Nous pouvons être fiers aujourd’hui de tenir dans nos mains le résultat d’un des rares projets pratiques concernant le patrimoine culturel qui ait pu voir le jour dans la tourmente actuelle de la Syrie, mais il faut se remettre au travail  immédiatement pour essayer d’en faire plus. Je confirme qu’à part la production et la diffusion de cette Liste rouge d’urgence, l’ICOM reste disposé à soutenir des actions liées à la protection et à la préservation du patrimoine culturel en péril. »

La prochaine Liste rouge, qui portera sur l’Afrique de l’Ouest avec une section spéciale d’urgence sur le Mali, est déjà en cours de rédaction. Une Liste rouge concernant la Lybie sera également bientôt en préparation. Elles seront toutes deux publiées l’année prochaine.