Accueil/Communiqués de presse/Exposition universelle Shanghai 2010 : L’ICOM célèbre les musées américains et canadiens en juillet
 

Exposition universelle Shanghai 2010 : L’ICOM célèbre les musées américains et canadiens en juillet

Exposition universelle Shanghai 2010 :  L’ICOM célèbre les musées américains et canadiens en juillet

Télécharger

La participation de l’ICOM à l’Exposition universelle se poursuit avec un mois d’exposition et d’activités autour des musées américains et canadiens pendant le mois de l’Amérique du Nord du 1er au 31 juillet 2010.

Actualité
Le Comité international de l’ICOM pour l'éducation et l'action culturelle (CECA) organisera des animations dans le Pavillon ICOM au mois de juillet. Les animateurs canadiens proposeront au public une présentation sur la faune, la flore et également des objets archéologiques d’Amérique du Nord durant le premier week-end de juillet. L'occasion pour les petits et pour les grands d’en savoir plus sur les cultures américaines.

Les 3 et 4 juillet

  • Le style de vie traditionnel des indigènes d’Amérique du Nord : fabriquez des bracelets avec les animateurs et apprenez les significations des couleurs des indigènes.
  • Un voyage chez les Inuits : découvrez leur mode de vie à travers l’histoire.
  • Faune et flore de l’Amérique du Nord : entrez dans le monde des animaux en 2010, Année de la biodiversité.
  • « Sweet tooth » : offrez-vous un sirop d’érable !


Zoom sur l’exposition temporaire
Les musées d’Amérique du Nord se démarquent par leurs collections, professions et activités dans la société contemporaine. Le Metropolitan Museum of Art expose sa campagne de marketing en ligne ; le musée d’art moderne de New York présente un projet destiné à des publics particuliers ; le musée d’anthropologie de l’Université de British Columbia et le musée royal de l’Ontario surprissent à la fois leurs visiteurs canadiens et ceux venus à l’Exposition universelle.
Dans cette exposition qui durera un mois, l'ICOM met en avant le développement social, culturel, économique, environnemental et technologique des musées nord-américains.

Les musées et l’innovation
Les musées recherchent en permanence des méthodes innovantes afin de s’adapter aux besoins de la société. Par exemple, ils ont accordé une place importante aux architectes pour que ceux-ci expriment leur créativité. Nombreux sont les bâtiments muséaux qui deviennent les symboles de leur ville. Quant aux musées spécialisés, tels que les musées de science et de technologie, ils donnent au public une opportunité unique de découvrir le monde scientifique. Les nouvelles technologies stimulent les musées dans la création des méthodes de communication innovantes et interactives entre leurs collections et leurs visiteurs.

L’interview du mois
Umebe Onyejekwe et Cynthia Iruobe, accompagnées de deux autres spécialistes nigérians, sont venues présenter les cultures africaines au public chinois dans le Pavillon ICOM en juin. Elles nous racontent leurs expériences.


D’où vient l’idée d’organiser ces ateliers ? Que vouliez-vous montrer au public chinois ?
U.O.: Dans mes recherches, j’ai constaté que certains éléments de notre culture ne sont pas traités par les chercheurs. J’ai donc voulu les montrer au public et voir s’il existe des équivalents dans la culture chinoise. J’étais agréablement surprise de constater que oui.
C.I.: Nous voulions montrer au public la richesse de la culture africaine, en mettant l’accent sur le Nigéria, à travers la musique traditionnelle, la danse et le spectacle et bien sûr le tout en costume. Nous avons aussi présenté une exposition de photographies sur notre archéologie, ce que notre peuple fabriquait et utilisait par le passé.

Votre expérience inoubliable dans le Pavillon ICOM ?
U.O.: Quand on répétait avec les instruments de musique dans la salle VIP, nous remarquions les Chinois se balader autour du Pavillon ICOM, ils cherchaient d’où provenait la musique. Quand ils nous ont finalement découverts, ils nous ont pris en photo à travers la porte vitrée. Les Chinois sont photo-maniaques et nous ont pris en photo à chacun de nos mouvements.
C.I.: Je me suis amusée à chaque instant de l’atelier et étais ravie surtout de la réaction du public. On sentait leur enthousiasme et le fait qu’après chaque spectacle, ils traînaient autour du Pavillon dans l’espoir d’assister à la suite. L’expérience la plus inoubliable pour moi était le regard des spectateurs : on sentait leur vive émotion et le plaisir qu’ils prenaient à être à nos côtés. Ce regard reste ancré dans mon esprit.

Qu’est-ce qu’une vraie expérience muséale pour vous ?
U.O.: Une vraie expérience muséale pour moi est le moment où je peux échanger culturellement avec un peuple issu d’une culture complètement différente de la mienne. C’est aussi le moment où l’on partage quelque chose en commun qui nous permet de nous comprendre, de dialoguer et d’apprendre sur l’un et sur l’autre dans une telle joie sans préjugé.
C.I.: L’expérience la plus passionnante pour moi est le mois de l’Afrique de l’ICOM qui élargit ma compréhension d’autres groupes ethniques, dans leur similitude et leur différence.

Quel est votre musée préféré ?
U.O.: J’aime d’une manière générale les musées d’histoire naturelle et les musées d’histoire de l’art. Plus particulièrement, j’aime le
British Museum, le Smithsonian et le musée du Louvre. Je me perds chaque fois que je me trouve dans un musée.
C.I.: En toute objectivité, mon musée préféré est le Musée national de Lagos, là où je travaille.


Temps fort en juin
Le partenariat entre l’ICOM et le Pavillon Angola a attiré un public nombreux et enthousiaste pendant le premier weekend de juin. Les visiteurs ont participé à la danse d’un carnaval angolais.
Lors du deuxième weekend de juin, quatre animateurs nigérians de l’ICOM-CECA ont animé le Pavillon de l’ICOM à travers des activités dynamiques et traditionnelles mettant en avant les cultures africaines.

Download Chinese version

 

K2porn.com (k2s.cc) - Download Free Porn from Keep2Share