Accueil/Communiqués de presse/Liste rouge d’urgence des biens culturels irakiens en péril, un outil de l’ICOM pour combattre le trafic illicite
 

Liste rouge d’urgence des biens culturels irakiens en péril, un outil de l’ICOM pour combattre le trafic illicite

Liste rouge d’urgence des biens culturels irakiens en péril, un outil de l’ICOM pour combattre le trafic illicite

En réponse aux événements violents qui ont secoué l’Irak au cours de ces derniers mois et qui ont porté atteinte au patrimoine culturel mondial, le Conseil international des musées (ICOM) présente aujourd’hui à la presse sa nouvelle Liste rouge d’urgence des biens culturels iraquiens en péril, une version mise à jour et enrichie de la toute première Liste rouge d’urgence de l’ICOM parue en 2003.

La menace que les conflits en Irak et en Syrie font peser sur les biens culturels, comme en témoignent les destructions intentionnelles récentes, appelait une réaction immédiate de la communauté muséale internationale. La Liste rouge d’urgence pour la Syrie, publiée en septembre 2013, et celle pour l’Irak publiée aujourd’hui sont des outils concrets qui permettent d’empêcher les objets pillés de faire l’objet de trafics illicites.

La Liste rouge d’urgence des biens culturels iraquiens en péril a été officiellement présentée à la presse le lundi 1er juin 2015 au musée du Louvre, en présence de Fleur Pellerin, ministre de la Culture et de la Communication ; de Jean-Luc Martinez, président-directeur du musée du Louvre ; d’Irina Bokova, directrice générale de l’UNESCO ; de Hans-Martin Hinz, président de l’ICOM, ainsi que du sous-secrétaire d’État à la diplomatie et aux affaires publiques du département d’État des États-Unis, Richard Stengel. Des experts internationaux ayant contribué au travail de l’ICOM dans l’élaboration de la liste étaient également présents.

La Liste rouge d’urgence des biens culturels iraquiens en péril met en évidence les types d’objets qui, en demande sur le marché de l’art et des antiquités et protégés par la législation, sont susceptibles de faire l’objet de vols ou de pillages. Les personnes ou institutions susceptibles de se porter acquéreurs de biens en provenance de Syrie ou d’Irak sont invitées à exercer la plus grande prudence quant à la provenance et à la documentation légale desdits objets. Cet outil pratique a prouvé son efficacité au fils des années en permettant aux forces de l’ordre de saisir des milliers d’objets.

Outre la production des outils de prévention majeurs que sont les Listes rouges et sa coopération quotidienne avec les douanes et les forces de police du monde entier, l’ICOM continue à innover et à développer de nouveaux dispositifs de veille en situation d’urgence, grâce à son Groupe d'intervention de secours aux musées en cas de catastrophes, et de lutte contre le marché illégal des biens culturels, notamment à travers la mise en place, depuis deux ans, d’un Observatoire international sur le trafic illicite des biens culturels.