Mexico City 1980

13ème Assemblée Générale de l'ICOM
Mexico, Mexique, 3 & 4 novembre 1980
Résolutions et Recommandations adoptées par la Conférence

Résolution n. 1: Musée et Patrimoine mondial

Prenant en considération les communications enrichissantes présentées par les conférenciers principaux, membres du groupe de discussion et participants lors des discussions du 27 octobre; reconnaissant une meilleure prise de conscience du statut du musée comme institution au service de la société et de son développement,

Recommande :

a. que les musées identifient constamment les besoins de la société et qu'ils développent leurs services en conséquence,

b. que les musées fassent connaître leur expérience professionnelle et le rôle important qu'ils jouent dans la protection de l'environnement naturel aux responsables de la planification du développement,

c. que les musées, non seulement conservent les objets du passé, mais s'engagent également à préserver les collections contemporaines et maintenir les techniques traditionnelles,

d. que les musées, comme dépositaires de la connaissance et des techniques, utilisent des ressources pour fournir l'information nécessaire aux expositions destinées aux collectivités locales, e. que, étant donné l'urgence, l'Assemblée Générale demande instamment aux Comités nationaux de faire des démarches auprès de leurs gouvernements afin d'obtenir des fonds pour mener à bien les recherches nécessaires pour prévenir la disparition du patrimoine naturel et culturel.


Résolution n. 2: Responsabilité des musées à l'égard des handicapés

Consciente de la décision prise par l'Organisation des Nations Unies de déclarer 1981 l'Année des Handicapés,

Rappelant l'article 27 (1) de la Déclaration Universelle des Droits de l'Homme stipulant que "toute personne a le droit de prendre part librement à la vie culturelle de la communauté",

Recommande :

a. que les musées de toutes catégories, en tant qu'institutions au service de la société, s'efforcent d'être plus facilement accessibles aux personnes handicapées en prévoyant des installations appropriées et en créant si possible des emplois,

b. que les musées encouragent la formation et l'éducation des handicapés,

c. que les musées collectent, documentent et exposent les matériaux relatifs aux handicapés, contribuant ainsi à une meilleure compréhension de leurs problèmes,

d. que les musées lancent des programmes visant à intégrer toutes les couches de la population dans leurs activités,

e. que les musées accordent l'entrée gratuite aux handicapés.


Résolution n. 3: La politique de l'ICOM

Reconnaissant d'une part le caractère international, non gouvernemental et professionnel de l'ICOM (tel qu'il est défini dans l'article 6 des Statuts et dans le chapitre III du Règlement de l'ICOM), d'autre part la nécessité d'assurer le développement des musées et de promouvoir la profession muséale,

Recommande :

a. que les aspects théoriques, pratiques et éthiques du travail de musée soient étudiés dans le cadre des Comités internationaux et des Organisations internationales affiliées à l'ICOM afin de garantir un développement continu de la profession et que la communication de l'information soit assurée entre Comités et dans la communauté muséale dans son ensemble,

b. que soient trouvés les moyens d'appliquer la théorie et la pratique muséales en réalisant des projets de musées et en accordant une assistance professionnelle qui utilise la compétence des membres de l'ICOM,

c. que soit créée une Unité des Projets pour entreprendre les projets de musées et les programmes d'assistance professionnelle.


Résolution n. 4: Patrimoine national

Prenant en considération le sentiment grandissant, sur le plan national et international, que le patrimoine culturel est un élément essentiel d'identité pour une communauté, une nation ou un peuple,

Tenant compte des efforts de l'UNESCO pour favoriser le retour de biens culturels,

Demande à tous les professionnels de musée d'insister auprès de leurs instances gouvernementales afin qu'elles envisagent le retour de biens culturels à leurs pays d'origine,

Reconnaissant la nécessité de renforcer toutes les mesures prises pour la protection du patrimoine national afin, en particulier, d'enrayer le trafic illicite de biens culturels,

Demande à tous les musées d'aider l'ICOM et l'UNESCO en documentant leurs acquisitions, en particulier en cas d'origine étrangère,

Demande que tous les efforts soient faits à l'échelon gouvernemental pour créer et soutenir une formation professionnelle dans les divers domaines muséologiques, en créant les structures appropriées et en développant des cours de formation, des stages et des activités de formation professionnelle continue et demande à l'UNESCO d'assurer les moyens financiers nécessaires pour entreprendre ces activités, en particulier dans les pays en voie de développement,

Approuve les politiques de documentation du patrimoine national par l'inventaire et le catalogage des collections existant dans un pays et hors de ce pays, et enfin

Demande instamment aux gouvernements de protéger efficacement leur patrimoine national en promulgant des lois appropriées, en ratifiant les conventions internationales, en observant les recommandations de l'UNESCO et en établissant et veillant à l'application de façon parmanente de mesures efficaces aux niveaux technique, administratif, douanier et policier.


Résolution n. 5: Formation du personnel

Reconnaissant la nécessité, pour l'avenir des musées, d'assurer une formation muséologique de base interdisciplinaire à tous les niveaux,

Consciente en particulier du retard pris dans certains pays en matière de formation du personnel,

Recommande instamment à l'UNESCO d'inscrire en priorité dans son programme la formation du personnel de musée au niveau régional,

Invite tous les Comités nationaux de l'ICOM, les gouvernements et les Etats-membres de l'UNESCO à faciliter les échanges culturels et à favoriser l'organisation de programmes de formation,

Demande à l'ICOM d'établir un Répertoire des centres de formation, des cours de muséologie et des musées prêts à accueillir des stagiaires et à participer aux échanges dans le domaine de la muséologie.


Résolution n. 6: Responsabilité du personnel de musée en matière de conservation

Considérant que la préservation du patrimoine culturel et naturel doit s'appuyer sur une puisssante opinion publique en sa faveur,

Consciente qu'un intérêt éclairé pour tous les aspects de la théorie et de la pratique de la conservation peut être éveillé chez le public par une information adéquate,

Reconnaissant le principe que les procédés de conservation et de restauration ne sont pas seulement d'ordre technique, mais qu'ils requièrent également une analyse et une documentation constantes dans les domaines de l'art et de l'histoire tout au long de la période de traitement d'un objet donné,

Rappelle le professionnalisme du personnel de conservation et de restauration, la nécessité d'un travail d'équipe avec les conservateurs et les spécialistes des disciplines scientifiques concernées, et l'importance d'un équipement et de conditions de travail qui permettent de mener à bien les travaux de conservation,

Consciente que la conservation est un processus permanent,

Souligne la nécessité d'inspecter régulièrement les collections de musée et de rapporter les résultats de ces inspections aux autorités compétentes,

Constate et regrette les menaces que font peser sur la liberté professionnelle des conservateurs, des spécialistes de la préservation et des restaurateurs les pressions exercées par les pouvoirs publics dans de nombreux cas de prêts d'objets à des expositions temporaires,

Réaffirme que l'indépendance de la profession muséale est la garantie nécessaire de la conservation du patrimoine culturel et naturel