Paris 1946

Assemblée constitutive de l'ICOM:
Musée du Louvre, Paris, France, 16 à 20 novembre 1946

La première série de réunions du Conseil International des Musées nouvellement créé s'est tenue à Paris en novembre 1946.

Y assistèrent des délégués de 14 pays (Australie, Belgique, Brésil, Canada, Danemark, France, Norvège Nouvelle- Zélande, Pays-Bas, Royaume-Uni, Suède, Suisse, Tchécoslovaquie, Etats-Unis d'Amérique), de l'Organisation des Nations-Unies, de l'Organisation des Nations-Unies pour l'Education, la Science et la Culture, de l'Office International des Musées, du Ministère français des Affaires Etrangères, et de la Légation de Suède à Paris. En outre, des lettres de soutien annonçant la coopération et la création de Comités nationaux ont été envoyées d'Afrique du Sud, Argentine, Brésil, Chili, Chine, Egypte, Finlande, Grèce, Haïti, Inde, Nicaragua, Pérou, Philippines, Turquie.

A la première réunion du Conseil, M. Chauncey Hamlin, du Buffalo Museum of Science, Etats-Unis, a été nommé Président par intérim, et M. Olbrechts Secrétaire par intérim et une résolution officielle a été adoptée créant un ICOM provisoire en attendant que des statuts et un règlement soit établis.

Un comité de 11 membres a été créé pour étudier un projet de statuts et de règlement; il s'est réuni le 16 novembre et a produit un rapport.

Le 18 novembre, le Conseil a étudié le projet révisé de statuts et de règlement en détail et ces documents ont été approuvés à l'unanimité.

Les 19 et 20 novembre, le Conseil a étudié en détail les grandes lignes d'un politique future et la création des Comités suivants a été décidée : Musées de sciences et planetaria, Musées d'art et d'art appliqué, Musées de sciences naturelles, Musées d'histoire des sciences et techniques, Musées d'archéologie, d'histoire et de sites historiques, Musées d'ethnographie (incluant l'art et la culture populaires), Jardins zoologiques, Jardins botaniques, Parcs nationaux, Forêts et réserves naturelles et Musées dans la nature.

En ce qui concerne la politique, une ligne générale a été adoptée aux termes de laquelle la priorité doit être donnée à la formation et aux échanges d'étudiants et de conservateurs et les Comités nationaux sont priés d'indiquer les possibilités de formation existant dans leurs propres régions.