Devenir membre de l’ICOM

Devenir membre de l’ICOM c’est faire partie d’un réseau actif de 30 000 musées et professionnels de musées.
Devenir membre de l’ICOM, c’est à la fois faire partie de la famille de la communauté muséale mondiale et aussi participer aux débats, aux échanges scientifiques et à la réflexion sur l’avenir des musées.
Lire la suite

Accueil/Qui sommes-nous/La vision/Code de déontologie
 

Code de déontologie de l’ICOM pour les musées

La déontologie et la conduite exemplaire des professionnels des musées sont des valeurs fondamentales pour l’ICOM.

Téléchargez le PDF

Le Code de déontologie de l’ICOM pour les musées, adopté en 1986 et révisé en 2004 établit les valeurs et principes communs à l’ICOM et à la communauté muséale mondiale. Outil de référence, traduit en 38 langues, il fixe les normes minimales de pratiques et de performance professionnelles pour les musées et leur personnel.

En adhérant à l’ICOM, chaque membre s’engage à respecter ce Code.

8. Les musées opèrent de manière professionnelle

Principe : les membres de la profession muséale sont tenus de respecter les normes et les lois établies, ainsi que de maintenir l’honneur et la dignité de leur profession. Ils doivent protéger le public contre toute conduite professionnelle illégale ou contraire à la déontologie. Ils mettront chaque occasion à profit pour informer et éduquer le public sur les objectifs, les buts et les aspirations de la profession, afin de le sensibiliser à l’enrichissement que représentent les musées pour la société.



CONDUITE PROFESSIONNELLE

8.1 Connaissance de la législation applicable
Tous les membres de la profession muséale doivent être au fait des législations internationales, nationales et locales, ainsi que de leurs conditions d’application. Ils éviteront les situations pouvant être interprétées comme des conduites déviantes.


8.2 Responsabilité professionnelle
Les membres de la profession muséale ont l’obligation de suivre les politiques et les procédures de leur institution. Toutefois, il leur est possible de s’opposer à des pratiques qui leur paraissent nuire à un musée, à la profession ou contraires à la déontologie professionnelle.

8.3 Conduite professionnelle
La loyauté envers les collègues et envers le musée employeur constitue une obligation professionnelle importante; elle doit reposer sur le respect des principes déontologiques fondamentaux applicables à la profession dans son ensemble. Les professionnels de musée doivent se conformer aux termes du Code de déontologie de l’ICOM et connaître tous les autres codes ou politiques concernant le travail muséal.

8.4 Responsabilités intellectuelles et scientifiques
Les membres de la profession muséale doivent promouvoir la recherche, la protection et l’utilisation d’informations liées aux collections. De ce fait, ils doivent éviter toute activité ou circonstance pouvant entraîner la perte de telles données intellectuelles et scientifiques.

8.5 Trafic illicite
Les membres de la profession muséale ne doivent jamais contribuer, directement ou indirectement, au trafic ou au commerce illicite de biens naturels ou culturels.

8.6 Confidentialité
Les membres de la profession muséale doivent protéger les informations confidentielles obtenues dans le cadre de leur travail. En outre, les informations concernant les objets soumis au musée pour identification sont confidentielles et ne doivent pas être publiées ni transmises à une autre institution ou personne sans autorisation spécifique du propriétaire.

8.7 Sécurité des musées et collections

Les informations relatives à la sécurité des musées ou des collections et des locaux privés visités dans l’exercice des fonctions, feront l’objet de la plus stricte confidentialité de la part du personnel de musée.

8.8 Exception à l’obligation de confidentialité

La confidentialité ne saurait entraver l’obligation juridique d’aider la police ou tout autre pouvoir public compétent à enquêter sur des biens pouvant avoir été acquis, ou transférés, illégalement ou volés.

8.9 Indépendance personnelle
Bien que les membres d’une profession aient droit à une certaine indépendance personnelle, ils doivent être conscients qu’aucune activité privée ou professionnelle ne peut être totalement distincte de celle de leur institution.

8.10 Relations professionnelles
Les professionnels des musées sont amenés à nouer des relations de travail avec un grand nombre de personnes, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur de leur institution. Ils doivent fournir leurs services professionnels avec efficacité et diligence.


8.11. Concertation professionnelle
Si un musée ne possède pas les compétences nécessaires pour assurer une prise de décision efficace, le personnel a l’obligation professionnelle de consulter des collègues, au sein ou en dehors de l’institution.



CONFLITS D'INTÉRÊT

8.12. Cadeaux, faveurs, prêts ou autres avantages personnels
Les employés d’un musée ne doivent pas accepter de cadeaux, faveurs, prêts ni autres avantages personnels qui pourraient leur être offerts du fait de la fonction qu’ils exercent. Occasionnellement, la courtoisie professionnelle peut conduire à offrir et à recevoir des cadeaux, mais uniquement au nom de l’institution concernée.


8.13 Emplois ou activités extérieurs
Les membres de la profession muséale, bien qu’ayant droit à une certaine indépendance personnelle, doivent comprendre qu’aucun emploi privé ou activité professionnelle ne peut être totalement distinct de leur institution. Ils ne doivent pas occuper d’autre emploi rémunéré ni accepter de commissions extérieures qui soient ou puissent paraître contradictoires avec les intérêts du musée.

8.14 Commerce du patrimoine culturel ou naturel
Les membres de la profession muséale ne doivent pas participer, directement ou indirectement, au commerce (vente ou achat dans un but lucratif) d’éléments du patrimoine culturel et naturel.

8.15 Rapports avec les marchands
Les professionnels des musées ne doivent pas accepter d’un négociant, marchand, commissaire-priseur ou autre, des cadeaux ou libéralités, quelle qu’en soit la forme, pouvant conduire à l’achat ou à la cession d’objets ou à l’obtention de passe-droits administratifs. En outre, ils ne doivent jamais recommander de manière particulière un marchand, commissaire-priseur ou expert à un membre du public.

8.16 Collectes privées
Les membres de la profession muséale ne doivent pas entrer en concurrence avec leur institution pour l’acquisition d’objets ou pour toute activité personnelle de collecte. Pour toute activité de collecte à titre privé, le professionnel de musée et son autorité de tutelle devront conclure un accord et l’observer scrupuleusement.

8.17 Utilisation du nom et du logo de l’ICOM
Les membres de l’ICOM ne sont pas autorisés à utiliser le nom de l’organisation, son sigle ou son logo pour promouvoir ou pour parrainer un produit ou une opération à vocation commerciale.

8.18 Autres conflits d’intérêt
En cas d’autre conflit d’intérêt entre une personne et le musée, les intérêts du musée doivent prévaloir.