Code de déontologie de l’ICOM pour les musées

La déontologie et la conduite exemplaire des professionnels des musées sont des valeurs fondamentales pour l’ICOM.

Téléchargez le PDF

Le Code de déontologie de l’ICOM pour les musées, adopté en 1986 et révisé en 2004 établit les valeurs et principes communs à l’ICOM et à la communauté muséale mondiale. Outil de référence, traduit en 38 langues, il fixe les normes minimales de pratiques et de performance professionnelles pour les musées et leur personnel.

En adhérant à l’ICOM, chaque membre s’engage à respecter ce Code.

PREAMBULE


Statut du Code de déontologie pour les musées

Le Code de déontologie de l’ICOM pour les musées a été élaboré par le Conseil international des musées. Il correspond à la déclaration de déontologie pour les musées mentionnée dans les Statuts de l’ICOM. Ce Code reflète les principes généralement acceptés par la communauté muséale internationale. L’adhésion à l’ICOM et le règlement de la cotisation annuelle à l’ICOM constituent une acceptation du Code de déontologie de l’ICOM pour les musées.

 

Une norme minimale pour les musées

Le Code de déontologie représente une norme minimale pour les musées. Il se présente comme une série de principes étayés par des directives sur les pratiques professionnelles à appliquer. Dans certains pays, certaines normes minimales sont définies par la loi ou par une réglementation nationale. Dans d’autres pays, des directives et une évaluation des normes professionnelles minimales sont fournies sous forme d’accréditation, d’habilitation ou de systèmes d’évaluation similaires. Lorsque ces normes ne sont pas définies au niveau local, des directives de conduite sont disponibles auprès du Secrétariat de l’ICOM ou du Comité national ou international concerné. Ce Code peut également servir de référence à toute nation et aux organisations spécialisées liées aux musées pour développer des normes supplémentaires.


Traductions du Code de déontologie pour les musées

Le Code de déontologie de l’ICOM pour les musées est publié dans les trois langues officielles de l’organisation : anglais, français et espagnol. L’ICOM est favorable à la traduction du Code dans d’autres langues. Toutefois, une traduction ne sera jugée “officielle”que si elle jouit de l’approbation d’au moins un Comité national du pays où la langue en question est parlée, normalement comme première langue. Si la langue se parle dans plusieurs pays, il est préférable de consulter aussi les Comités nationaux correspondants. Pour toute traduction de Code, il est recommandé de faire appel tant à l’expertise muséale professionnelle que linguistique. La langue utilisée pour la traduction et les noms des Comités nationaux impliqués doivent être indiqués. Ces conditions ne s’appliquent pas à la traduction du Code, en totalité ou en partie, à des fins éducatives ou de recherche.