Missions

Le Conseil international des musées est au service de la société et de son développement et s’engage à garantir la préservation, la conservation et la transmission des biens culturels.
Définir les standards d’excellence
L’ICOM définit des normes et standards utiles aux musées à la fois pour leur conception et pour la gestion et l’organisation des collections. Le Code de déontologie de l’ICOM pour les musées fait référence dans la communauté muséale mondiale et fixe les normes minimales de pratiques et de performances professionnelles pour les musées et leur personnel. Lire la suite

Listes rouges

Les Listes Rouges répertorient pour des zones du monde particulièrement vulnérables, les catégories d’objets archéologiques ou d’œuvres d’art en danger, afin d’empêcher leur vente et leur exportation illégale.

 

 

 

Les Listes Rouges contribuent de ce fait à la protection du patrimoine culturel des pays concernés. Elles sont élaborées en coopération avec des experts de la communauté mondiale des musées.

L’ICOM a déjà publié des Listes Rouges pour plusieurs pays et régions :

    • Liste Rouge des objets archéologiques africains, 2000
    • Liste Rouge des biens culturels latino-américains en péril, 2003
    • Liste Rouge d’urgence des antiquités iraquiennes en péril, 2003
    • Liste Rouge des antiquités afghanes en péril, 2006
    • Liste Rouge des antiquités péruviennes en péril, 2007
    • Liste Rouge des antiquités cambodgiennes en péril, 2009
    • Liste Rouge des biens culturels en péril d’Amérique centrale et du Mexique, 2009
    • Liste Rouge d’urgence des biens culturels haïtiens en péril, 2010
    • Liste Rouge des biens culturels chinois en péril, 2010
    • Liste Rouge des biens culturels colombiens en péril, 2010
    • Liste Rouge d’urgence des biens culturels égyptiens en péril, 2011
    • Liste Rouge des biens culturels dominicains en péril, 2013
    • Liste rouge d’urgence des biens culturels syriens en péril, 2013

    Red List Database

    Les success stories des Listes Rouges

    De nombreuses saisies par les polices et les douanes ont été effectuées grâce aux Listes Rouges de l’ICOM.

    Quelques exemples :

    • En janvier 2006, un clou de fondation irakien a été identifié lors d’une vente à Drouot. Suite à la plainte de la délégation permanente irakienne auprès de l’UNESCO, une enquête a été ouverte par le parquet de Paris.
    • En mars 2006, plus de 6 000 artefacts pillés sur des sites archéologiques au Niger et saisis par les douanes françaises en 2004 et 2005, ont été rendus à leur pays d’origine.
    • En 2008, une tablette cunéiforme a pu être identifiée sur la plateforme suisse d'eBay. Les autorités suisses ont été alertées et eBay a arrêté la vente en ligne quelques minutes avant la fin des enchères.
    • En 2008, les douanes françaises ont saisi des caisses marquées "artisanat" en provenance du Togo et qui contenaient des pièces d’origine nigériane. L'ICOM a choisi un spécialiste pour expertiser les objets dont l'un s'est avéré, après un test de thermoluminescence effectué par les Laboratoires des musées de France, être une authentique statuette Nok. Les demarches sont en cours pour sa restitution au Nigeria.