Comité international du bouclier bleu

Comité international du Bouclier Bleu (ICBS)

À la suite de la Seconde Guerre mondiale, l’Unesco a adopté la Convention pour la protection des biens culturels en cas de conflit armé (Convention de La Haye, 1954). Ce fut le premier traité international consacré à la protection du patrimoine culturel en cas de guerre à mettre en valeur la notion de patrimoine commun de l’humanité.
Le Bouclier bleu est le symbole employé pour identifier les sites culturels protégés par cette convention. Cet emblème a également donné son nom au Comité international du Bouclier bleu (ICBS), qui vise à protéger le patrimoine culturel mondial menacé par les catastrophes naturelles ou d’origine humaine.

Un comité de professionnels, international et indépendant
Le Comité international du Bouclier bleu (ICBS) regroupe les musées, les archives, les archives audiovisuelles, les bibliothèques, les monuments et les sites historiques. Il réunit l’expertise et les savoir-faire des réseaux internationaux de chacune de ces organisations non gouvernementales œuvrant en faveur du patrimoine culturel :
-    ICA : Le Conseil International des Archives
-    ICOM : Le Conseil International des Musées
-    ICOMOS : Le Conseil International des Monuments et des Sites
-    IFLA : La Fédération Internationale des Associations et Institutions des Bibliothèques
-    CCAAA : Le Conseil de coordination des Associations d’Archives Audiovisuelles

Sensibiliser, former, intervenir
Œuvrant pour la protection et la sauvegarde du patrimoine culturel en danger, le champ d’action de l’ICBS couvre aussi bien la prévention, la réponse opérationnelle aux situations de crise que l’assistance post-crise.
L’ICBS diffuse les bonnes pratiques par la formation à la prévention des risques et des actions de sensibilisation auprès des professionnels et du grand public. Par la puissance de son réseau, elle est en mesure de centraliser et diffuser les informations sur les risques menaçant le patrimoine culturel à travers le monde, aidant ainsi les acteurs internationaux à prendre les mesures adéquates en cas de conflit ou de catastrophe. Elle intervient en tant que consultant et agit en liaison avec d'autres organisations notamment l'UNESCO, l'ICCROM et le Comité international de la Croix-Rouge (CICR). Enfin, en situation d’urgence, l’ICBS mène des actions de terrain pour sauvegarder et restaurer le patrimoine culturel, protéger les biens menacés et aider les professionnels des pays touchés à assurer un retour à la normale.

Une reconnaissance internationale
Le second Protocole de la Convention de La Haye (1999) donne un nouvel élan au rôle de l’ICBS et des organisations qui le constituent. En effet, l’ICBS est reconnu en tant qu’organisation internationale consultative auprès du Comité intergouvernemental pour la protection du patrimoine culturel en cas de conflit armé.

Une organisation composée de comités nationaux
Les initiatives internationales de l’ICBS sont relayées et encouragées par des initiatives locales. Des comités nationaux du Bouclier bleu ont ainsi été créés dans vingt pays et sont en cours de constitution dans 19 autres. Ils rassemblent des professionnels d'horizons variés, des instances gouvernementales locales et nationales, des services d'urgence et l'armée. En permettant l'échange d'expériences et d'informations, ces comités constituent un forum pour mieux réagir aux situations d'urgence. Ce sont pour chaque pays des foyers de sensibilisation aux dangers encourus par le patrimoine culturel. Ces comités encouragent la ratification et l'application par les États membres de la Convention de La Haye. L’Association des Comités nationaux du Bouclier bleu (ANCBS) dont le siège est à La Haye a été fondée en décembre 2008 pour coordonner l’action de l’ensemble de ces comités nationaux dans le cadre des orientations stratégiques et opérationnelles décidées par l’ICBS.