Trouver une catégorie d'objets

­
Fermer
Entrer le matériau, le type d'objet, le pays ou la région d'origine, ou la période historique

Utilisez la recherche Booléenne pour affiner les résultats :
ET (ex: +Afrique +figurine)
OU (ex: Afrique figurine)
SAUF (ex: +Afrique –figurine)
TOUT (ex : figur* donne figurine, figurative,...)
­
Fermer
Choisir le matériau
­
Fermer
Choisir le type d'objet
­
Fermer
Choisir le pays ou la région d'origine
­
Fermer
Choisir l'époque
Retour

Liste Rouge des objets archéologiques africains

Le pillage des pièces archéologiques et la destruction des sites sur le sol africain constituent une atteinte irréparable à l'histoire de l'Afrique, et par là à l'histoire de l'humanité, en supprimant à jamais la possibilité d'en reconstituer des pans entiers. Les moyens de comprendre ces objets disparaissent effectivement dès lors qu'ils sont sortis de leur contexte archéologique et séparés de l'ensemble auxquels ils appartenaient. Seules des fouilles archéologiques menées par des professionnels peuvent permettre de leur restituer une identité, de les dater et de les localiser. Aussi longtemps que la demande du marché de l'art international continuera, des objets seront pillés pour être proposés à la vente.

En réponse à l'urgence de la situation, une liste des catégories d'objets archéologiques africains particulièrement victimes du pillage a été établie lors de l'Atelier sur la protection du patrimoine culturel africain qui s'est tenu à Amsterdam du 22 au 24 octobre 1997. Organisé par l'ICOM (Conseil international des musées) dans le cadre de son programme AFRICOM, il a rassemblé des professionnels des musées africains, européens et nord-américains afin de mettre en place une politique commune pour lutter contre le trafic illicite des objets culturels africains et favoriser les accords régionaux et internationaux.

Ces objets sont parmi les biens culturels les plus touchés par le pillage et le vol. Protégés par les législations de leur pays, ils sont interdits d'exportation et ne doivent en aucun cas être proposés à la vente.


Un appel est donc lancé aux musées, salles des ventes, marchands et collectionneurs afin qu'ils n'achètent plus ces objets.

Cette liste contient les objets particulièrement en danger, mais elle n'est en aucun cas exhaustive. Devant toute pièce archéologique en vente se pose la question de la légalité de son exportation.

 

Télécharger la Liste Rouge des objects archeologiques africains en français et anglais

Contexte

En Afrique, dans le cadre d'AFRICOM, programme de l'ICOM pour l'Afrique, plusieurs actions concrètes ont été menées pour endiguer vols et pillages. Des ateliers régionaux ont été organisés afin de renforcer la coopération entre les services du patrimoine, de la police et des douanes. La publication du Manuel de normes. Documentation des collections africaines a apporté l'outil indispensable pour le perfectionnement des inventaires et la protection des collections de musée. La diffusion d'informations sur les biens volés avec Cent objets disparus. Pillage en Afrique a permis la sensibilisation des professionnels et du grand public et a abouti à des restitutions d'objets. En octobre 1997, une nouvelle étape a été franchie à Amsterdam avec la mobilisation des professionnels africains, européens et nord-américains en faveur de la protection du patrimoine africain. Dans la mise en place d'une politique commune pour lutter contre le trafic des objets culturels africains, des recommandations en matière de recherche, de collaboration Nord/Sud, de formation et de sensibilisation ont été formulées et la Liste Rouge des objets archéologiques particulièrement en danger a été établie.

 

Depuis octobre 1999, AFRICOM est devenu le Conseil international des musées africains, une organisation autonome et panafricaine dont le siège se trouve à Nairobi (Kenya).