Museums have no borders,
they have a network

Paix et droits humains

Paix et droits humains

Si les musées évoluent dans une société en pleine mutation aux politiques publiques fluctuantes, c’est aussi le cas de leurs responsabilités sociales.

Parce qu’ils traitent des problèmes sociétaux contemporains, des injustices passées et actuelles, ainsi que des histoires douloureuses, les musées ont un rôle important à jouer dans l’avènement de la paix et des droits humains. Pour cela, ils peuvent devenir un espace de dialogue entre diverses communautés, ainsi qu’en leur sein, et inciter à faire preuve de créativité dans la résolution des problèmes. L’ICOM et son réseau œuvrent à promouvoir ces discussions en mobilisant la communauté muséale internationale et ses nombreuses parties prenantes.

 

DÉCOLONISATION ET RESTITUTION

Lors de la 25e conférence générale de l’ICOM, une session a été consacrée au thème « La décolonisation et la restitution : vers une perspective plus holistique et une approche relationnelle ». Ce panel, divisé en deux parties, réunissait des représentants de plus de dix comités nationaux de l’ICOM. Il avait pour objectif d’étudier comment le secteur mène le mouvement de décolonisation et y répond, mais aussi de se pencher sur la façon dont il influence notre compréhension de la restitution.

Panel sur la décolonisation et la restitution, Kyoto

HISTOIRES DOULOUREUSES

L’ICOM a publié en décembre 2018 un numéro de Museum International sur le thème « Musées et histoires douloureuses », qui traitait d’un vaste éventail de questions regroupées sous trois thèmes centraux : la réécriture des mythes, l’action collective et l’activisme des musées.

Lire « Musées et histoires douloureuses »

 

RÉCONCILIATION

« Musées et réconciliation : communautés, pédagogies et mémoires » était un programme de formation organisé par l’ICOM, le musée de la Mémoire historique de Colombie (MMHC) et le Comité national colombien (ICOM Colombie). Cet atelier a eu lieu au musée La Tertulia à Cali, en Colombie, du 7 au 11 octobre 2019, et réunissait des participants venant de différents pays de la région. Avec ce programme de formation, l’ICOM et le MMHC souhaitaient encourager la réflexion sur les défis muséologiques et pédagogiques auxquels sont confrontés les musées latino-américains contemporains lorsqu’ils développent des projets et des activités liés à la construction de mémoires, aux conflits, aux processus de résistance et de résilience, au dialogue et à la réconciliation.

Formation de l’ICOM : Musées et réconciliation

RÉSEAU DE L’ICOM

La paix et les droits humains sont un sujet transversal qui imprègne de nombreuses activités du réseau de l’ICOM ; les comités nationaux et internationaux ont quant à eux mis en place des actions spécialement dédiées à ce thème.

Une table ronde sur le thème de la décolonisation a été organisée le 4 octobre 2019 par le Comité national britannique, l’Arts Council England et l’association de musées anglaise, avec l’aide du British Council. Cette session accessible uniquement sur invitation et qui s’est tenue à Brighton, au Royaume-Uni, évoquait les questions autour de la décolonisation auxquelles font face les musées actuellement.

D’autre part, le Comité international de l’ICOM pour les musées à la mémoire des victimes de crimes publics (IC MEMO) a lancé un projet intitulé « Intérêt artistique pour les droits humains et les droits des femmes : Nigeria » (2018-2021), dont le but est de faire connaître les différents problèmes qui touchent le Nigeria aujourd’hui et d’expliquer en quoi ils affectent inévitablement le reste du monde.

Le COMCOL a tenu sa conférence annuelle du 25 au 29 septembre 2018, au Musée canadien pour les droits de la personne, à Winnipeg, en collaboration avec la Fédération internationale des musées des droits de l’homme. Elle était dédiée au thème « Collections contemporaines : entre influence et contestation ».

Intérêt artistique pour les droits humains et les droits des femmes : Nigeria (2018-2021)