Les musées n'ont pas de frontières,
ils ont un réseau

Toutes les actualités

novembre 2, 2020

Réseau CONNAÎTRE L’ICOM : 
WGS le groupe de travail sur le développement durable

En 2015, le Programme de développement durable et l’accord de Paris ont été adoptés. Malgré les engagements pris par les gouvernements, la population mondiale consomme toujours l’équivalent de 1,6 planète par an.

En tant que représentant de la communauté mondiale des musées, la vision du Conseil international des musées (ICOM) est celle d’un monde où l’importance du patrimoine naturel et culturel est universellement reconnue et où les musées peuvent jouer un rôle clé par l’éducation et la démocratisation.

Dans ce contexte, l’ICOM a créé un groupe de travail sur le développement durable en 2018 pour aider son réseau à réfléchir à la manière d’intégrer les objectifs de développement durable et l’accord de Paris dans l’ensemble de ses activités. Nous avons parlé avec les membres du WGS pour en savoir un peu plus sur leurs objectifs et leurs attentes.

Quel est le rôle du groupe de travail au sein de l’ICOM ?

Dans le cadre du mandat 2018-2019, le groupe de travail a été chargé d’étudier la possibilité de créer un comité international sur la durabilité pour l’ICOM. Le groupe a étudié l’état actuel de la durabilité dans le cadre de l’ICOM et les moyens par lesquels l’ICOM pourrait aborder la durabilité et soutenir la réalisation des objectifs de développement durable des Nations Unies. Le groupe de travail a passé 18 mois à mener des enquêtes, à collecter des données et à étudier ce que signifie la durabilité : au niveau mondial et dans le contexte du secteur des musées. Le groupe a également préparé une participation active à la réunion triennale de Kyoto en septembre 2019. Les contributions à la conférence comprenaient un atelier sur la durabilité, une session plénière avec trois experts (Sarah Sutton, Bonita Bennet et Cecilia Lam) et une résolution qui a été adoptée avec un soutien quasi unanime.

Suite au soutien extraordinaire qui a été reçu pour le thème de la durabilité à Kyoto, le groupe de travail de l’ICOM sur la durabilité a reçu un deuxième mandat pour poursuivre ses travaux de 2018 à 2019. Le groupe de travail a ajouté des membres supplémentaires et a été chargé de définir son mandat.

Pouvez-vous nous parler de l’une des plus grandes réalisations ou de l’un des plus importants projets du groupe de travail ?

Sur la base de la résolution et des recherches menées au cours des 18 mois, le groupe a formulé un cadre pour aborder la durabilité de l’ICOM, qui a été remis au Conseil exécutif en décembre 2019 sous la forme d’un rapport. Le rapport abordait la phase suivante du groupe de travail, la possibilité de former un comité international, et comprenait une liste de recommandations sur la manière d’intégrer la durabilité à l’ICOM : au niveau du secrétariat et de l’organisation, au sein des comités nationaux, des membres et pour le secteur des musées dans son ensemble. Le WGS a conclu que la durabilité est une chose qui doit être intégrée dans toute la structure organisationnelle et dans chaque facette de l’ICOM, c’est pourquoi il n’a pas été recommandé de former un Comité international. La préoccupation majeure à ce sujet était que la création d’un Comité aurait pu conduire à considérer la durabilité comme une question distincte, plutôt que transversale, ce qui était le souhait exprimé par le groupe de travail. Le WGS a estimé que la structure actuelle de l’ICOM ne permettait pas de créer une entité adéquate pour traiter de la durabilité et que l’urgence de la question exigeait une approche nouvelle et innovante. Le WGS a suggéré qu’un nouveau type d’entité soit créé pour traiter spécifiquement de cette question – une entité qui aurait la capacité de s’engager avec tous les niveaux de l’ICOM, qui pourrait recevoir un soutien financier et qui aurait le pouvoir de former des partenariats et des approbations.

La recommandation impérative était que le travail du WGS se poursuive sous une forme ou une autre, jusqu’à ce que cette nouvelle entité soit décidée. Le WGS a obtenu une grande reconnaissance et un grand soutien à Kyoto et l’élan de ce succès a nécessité une expansion immédiate.

En outre, le WGS a compilé une liste de recommandations qui décrivent les activités transmises sur quatre piliers à l’intérieur et à l’extérieur de l’ICOM : les personnes, l’organisation et les opérations, les collections et la communication publique, les partenariats et la coopération. La première section portait sur le Conseil exécutif de l’ICOM, ses responsabilités et son rôle au sein de l’ICOM et en tant que leader du secteur sur une plateforme mondiale. La deuxième section énumère les activités à entreprendre au sein de l’organisation et des membres de l’ICOM. Parmi les points saillants, citons la prise en compte de l’empreinte carbone de nos conférences et événements, et de nos institutions, la prise en compte de la barrière linguistique, la collecte et la diffusion efficaces des informations et l’engagement d’un plus grand nombre de jeunes.

Quels sont les plans futurs de votre groupe de travail (et comment suivent-ils la stratégie générale de l’ICOM) ?

Le rapport a été soumis en décembre 2019 au Conseil exécutif et le WGS a reçu un nouveau mandat en janvier 2020 qui se poursuit jusqu’en décembre 2022. La tâche du WGS est maintenant de créer un mandat, qui peut inclure un plan d’action pour l’ICOM. Ce plan d’action décrira la majorité du travail à accomplir et sa mise en œuvre pour 2020-2022 et 2020-2030. Le WGS sera fortement impliqué dans la mise en œuvre de la résolution à partir de 2019 et informera la définition du musée. Le groupe travaillera avec le Comité de coordination de Prague pour mettre en œuvre des politiques plus durables pour la prochaine période triennale. Le groupe se concentrera sur des lignes de communication et de dialogue plus ouvertes avec les membres de l’ICOM, en commençant par cet article et en incluant l’engagement dans les médias sociaux et en établissant un mini site web pour héberger les informations destinées aux membres. Le WGS facilitera également une plus grande participation de l’ICOM à des événements internationaux, tels que la COP 26.