Les musées n'ont pas de frontières,
ils ont un réseau

Toutes les actualités

août 12, 2020

ICOM Voices Éducation muséale et apprentissage : les professions oubliées ?

Wencke Maderbacher

Responsable du Département d'éducation et d'action interculturelle du Musée Moesgaard, Højbjerg, Danemark

Mots-clés : Définition du musée ; Education muséale ; Interaction culturelle ; Freelance ; Médiateur.

Les programmes éducatifs et d’interaction culturelle bénéficient à ce jour d’une présence sans précédent dans les musées. Désormais, ces institutions proposent une grande diversité de visites personnalisées et d’événements spécifiques, remplissant ainsi leur mission fondamentale consistant à toucher et à éduquer leurs publics.

L’éducation muséale peut-elle servir de réponse à la crise ?

Le récent confinement des musées dû à la crise sanitaire mondiale a mis en lumière l’efficacité des médiateurs culturels et des éducateurs du monde entier. Ceux-ci, quelques jours à peine après la fermeture des musées, ont développé des programmes numériques, tels que des visites virtuelles, des visites des coulisses des musées, des énigmes en ligne, des compléments d’apprentissage, ou encore des expériences. Une grande partie de ces activités est accessible en ligne en utilisant les hashtags #MuseumFromHome, #MuseumsAndChill ou #ClosedButActive.

Les éducateurs des musées ont sélectionné et mis au point des formats et méthodes adaptés pour communiquer leur contenu en ligne. Ils proposent plusieurs projets participatifs, s’impliquent auprès du public et mettent fortement l’accent sur les programmes proposés.

Pour cela, ils doivent mener une réflexion continue sur la théorie et la pratique (ICOM CECA Autriche et Österreichischer Verband der KulturvermittlerInnen 2017). Ce sont bien souvent les programmes éducatifs et interactifs adaptés à des groupes cibles qui permettent au musée de remplir sa mission publique. Mais, bien que les éducateurs des musées contribuent en essence à la mission et aux objectifs des institutions culturelles et de leurs programmes, leur travail est souvent peu reconnu, et leurs performances et compétences, tenues pour acquises.

Une définition du musée qui n’inclut pas l’éducation ?

Lors de la Conférence générale de l’ICOM à Kyoto, en 2019, une nouvelle définition du musée a fait l’objet de débats, notamment car les mots « interaction culturelle » et « éducation » n’y apparaissaient pas.

Les éducateurs figuraient parmi les premiers professionnels des musées à identifier la nécessité, pour ces lieux, de s’ouvrir à un plus vaste public, en écoutant leurs communautés, afin de rester en symbiose avec la société et son actualité. Exclure le terme « éducation » de la nouvelle proposition reflète donc un manque de reconnaissance.

Les nombreux débats qui se sont tenus lors de la Conférence ont montré que ce terme était, dans certaines traductions, perçu comme une méthode datée d’interaction avec le public (Van Veldhuisen 2018, page 29). Depuis 2016, le Comité international pour l’Education et l’Action Culturelle (CECA) a recensé les termes utilisés actuellement pour décrire le rôle des éducateurs : éducation, médiation, modération, animation, pédagogie muséale, service culturel ou ciblé, activité, interaction, programmes ou apprentissage culturels. Les descriptions et significations de ces termes varient selon les pays.

Lors de la discussion, le terme « éducation » a été interprété comme un symbole du musée omniscient qui explique, à un public passif, les merveilles du monde et de l’art depuis sa tour d’ivoire. Cela est loin d’être le cas. Les médiateurs culturels offrent un apprentissage et des processus de communication inclusifs à chaque groupe scolaire ou projet communautaire. En outre, ils développent différents espaces d’expérience. Ils informent, modèrent et encouragent les débats sociaux et culturels au sein des musées, des institutions culturelles et dans la société, en analysant la pertinence du domaine traité.

Si le terme « éducation » s’avère trop restrictif pour une nouvelle définition, il pourrait être élargi grâce au terme « (inter)action culturelle », comme c’est le cas dans le nom du Comité international pour l’Education et l’Action Culturelle. Dans la proposition actuelle de définition, la fonction du musée consiste à « interpréter » ou à « améliorer les compréhensions du monde », ce qui ne remplace pas le sens des termes « éducation » ou « apprentissage ». L’éducation, l’interaction culturelle et l’apprentissage sont des fonctions clés pour un musée moderne.

Inégalité de statuts

Exclure les professions de l’éducation et de la médiation culturelles de la proposition d’une nouvelle définition du musée porte également atteinte à la situation d’une grande partie de ces professionnels, qui travaillent déjà dans des conditions moins favorables que d’autres confrères. Par exemple, beaucoup de médiateurs culturels en contact direct avec le public travaillent sous des contrats de freelance précaires. Ils sont payés à la visite, sans plan de secours en cas d’annulation. Nombreux sont ceux dont l’implication pour leur vocation et leurs publics les pousse à accepter des contrats précaires, malgré un haut niveau d’études et une vaste expérience sur le terrain. Les étudiants à la recherche d’une expérience pratique dans le domaine des musées sont embauchés comme médiateurs et doivent combiner ce travail exigeant avec leurs cours.

Élèves et enseignants en excursion scolaire au musée avec guide

Pour résumer, la plupart des conséquences des problèmes économiques du secteur affectent particulièrement les professionnels de l’éducation (Artforum 2020). La crise sanitaire actuelle a remis cette question au premier plan en soulevant d’importantes inquiétudes pour le secteur, notamment dans une lettre ouverte de soutien aux éducateurs des musées, signée par plus de 1 500 collègues du monde entier (Mörsch and Graham 2020).

Avant la crise, le CECA avait créé un groupe d’intérêts spéciaux, « Développement professionnel des éducateurs des musées » (ICOM CECA International 2020). Son objectif est de fournir une plateforme destinée aux experts de l’éducation muséale, sur laquelle ils peuvent échanger des connaissances et des idées de formation pour les professionnels des musées, dans le but d’améliorer la situation professionnelle des médiateurs culturels.

Les éducateurs des musées méritent de bénéficier de contrats stables et d’une rémunération équitable. Leur travail et leur profession doivent être reconnus, au sein et en dehors de l’institution. La communauté du CECA forme un réseau de poids qui vise à atteindre ces objectifs.

Références et ressources

Artforum. MoMA and New Museum Among NY Institutions Cutting Jobs to Curb Deficits. 2020

ICOM CECA Autriche et Österreichischer Verband der KulturvermittlerInnen. Berufsbild Kulturvermittlung, ICOM Österreich CECA Autriche. 2017

ICOM CECA International. Qu’est-ce que les groupes d’intérêts spéciaux ? 2020

Mörsch, C. et Graham, J. Open Letter to Museums and Galleries in Support of Education and Other Essential Workers. 2020

Van Veldhuisen, A. Vocabulaire du CECA. 2018

 

LISEZ TOUS LES ARTICLES DE ICOM VOICES

 

Les opinions exprimées dans l’article n’engagent en aucune façon l’ICOM et relèvent de la responsabilité de son auteur.

Pour participer au nouvel appel à contributions de ICOM Voices, en partageant vos expériences, cliquez ici.