Museums have no borders,
they have a network

All news

juillet 1, 2020

ICOM Voices Confinement et intégration inversée. L’expérience du musée des Beaux-Arts Pouchkine, à Moscou

Evgeniya Kiseleva

Responsable du service d'Accessibilité et d'Intégration au musée des Beaux-Arts Pouchkine

Mots-clés : communication ; accessibilité numérique ; intégration ; expérience visiteur ; muséologie

La situation de confinement dans laquelle se retrouvent le personnel et les visiteurs des musées en raison de la pandémie de COVID-19 peut être vue comme une sorte d’intégration inversée. En effet, la crise sanitaire a obligé les professionnels des musées à vivre ce que les nombreuses personnes qui rencontrent des difficultés sociales et de communication subissent au quotidien : un monde qui se limite à son logement et aux relations en ligne. Au musée des Beaux-Arts Pouchkine, à Moscou, préserver le contact émotionnel malgré cette distanciation physique obligatoire est donc devenu une priorité.

Proposer une offre numérique pour surmonter la distanciation physique

Le musée Pouchkine a dû fermer en raison des mesures de quarantaine, le 17 mars 2020. Dès le tout premier jour, les expositions temporaires (« De Dürer à Matisse », « Tatouages » et « Svyatoslav Richter, dans le cercle des amis », entre autres) et l’exposition permanente, ont pu rester accessibles grâce à la réalité virtuelle, aux visites sur Zoom, aux conférences sur Facebook, aux podcasts, aux diffusions en direct et aux mobilisations éclair sur les réseaux sociaux. Les réunions en ligne gratuites avec les conservateurs, les artistes restaurateurs et les gardiens ont donné un aperçu unique des coulisses du musée aux visiteurs virtuels. Ces projets ont attiré non seulement les amateurs d’art et les visiteurs habituels, mais aussi de nouveaux publics, qui jusqu’ici n’avaient pas eu le temps de s’intéresser à ce domaine.
Les six premières semaines du confinement, le trafic sur le site internet et les pages satellites du musée a connu une croissance de 65%, tandis que le temps passé sur les pages a augmenté de 38%. Pendant cette période, qui s’étendait du 17 mars au 23 avril 2020, 150 000 personnes ont assisté aux visites virtuelles, une hausse de 1 521% par rapport à la période pré-confinement, selon les statistiques Google Analytics.

Assistance aux utilisateurs sur internet

Au musée des Beaux-Arts Pouchkine, le service Accessibilité et Intégration a décidé, main dans la main avec le service des Technologies de l’Information, d’organiser des webinaires gratuits pendant les premières semaines de la crise. Ils étaient destinés aux professeurs, aux parents, aux tuteurs et à toutes les personnes intéressées, et montraient comment explorer les médias et les ressources en réalité virtuelle du musée. L’objectif était de leur donner les clés pour accéder à toutes les informations dont ils pouvaient avoir besoin. Ces réunions en ligne ont été organisées en utilisant les ressources du musée, sans qu’aucun financement supplémentaire n’ait été nécessaire.

Développer l’accessibilité et le soin grâce au numérique

Pendant le confinement, le musée Pouchkine a connu une forte augmentation de l’implication des visiteurs atteints de handicap. Nous organisons régulièrement des sessions de formation pour les guides et les administrateurs sur la façon de travailler avec des visiteurs ayant des troubles du spectre autistique (TSA) et d’autres publics sensibles, dans le cadre du programme « Musée accessible », développé en 2016. Ce programme s’est poursuivi en ligne pendant la quarantaine ; le passage à une plateforme virtuelle s’est d’ailleurs avéré révélateur. Les visites pour les enfants et adolescents atteints de TSA, organisées sur Zoom, ont prouvé que le format interactif, avec ses options permettant de commenter, de dessiner sur l’écran et de poser des questions ou, à l’inverse, de cacher son visage et d’observer discrètement, ouvrait la porte à une contemplation des œuvres plus calme et positive. Ces options propres à l’environnement virtuel sont particulièrement intéressantes pour les personnes souffrant de troubles du développement et pouvant ressentir un fort stress lors des visites, en raison de la surcharge sensorielle et d’un excès de communication directe. Les visites en ligne sur une plateforme interactive constituent le moyen idéal pour assimiler des informations, chacun à son rythme. Bien que les visiteurs atteints de TSA aient souvent des difficultés à répondre aux émotions exprimées (par un sourire, par exemple), ils apprécient vraiment l’enthousiasme dont font preuve les guides de musées.

À en croire les retours reçus par mail et les commentaires sur les réseaux sociaux, le contact émotionnel avec nos guides et les autres visiteurs, dans l’espace virtuel, a eu pour effet de réduire le sentiment d’isolement de tous les participants. Mais j’irais jusqu’à dire que l’expérience était sans doute particulièrement importante pour les personnes qui essaient depuis longtemps de sortir d’une vie de réclusion.

Visites guidées en réalité virtuelle pour des enfants atteints de TSA, depuis un hôpital moscovite. © Programmes numériques d’accessibilité et d’intégration, musée des Beaux-Arts Pouchkine, Moscou.

En outre, pendant la pandémie, le musée Pouchkine a saisi la chance de s’adresser à ses publics malentendants. Des guides souffrant de troubles de l’audition ont présenté, en langue des signes russe, une série de vidéos exposant des fragments des visites les plus populaires.

Ainsi, nous avons traduit la série de visites interactives « Dieux et héros de la Grèce antique », entre autres. Ces visites sont adaptées aux familles : elles fournissent une expérience commune qui resserre les liens sociaux et familiaux.

Visite virtuelle en langue des signes. © Programmes numériques d’accessibilité et d’intégration, musée des Beaux-Arts Pouchkine, Moscou.

Une fois la pandémie terminée, le musée des Beaux-Arts Pouchkine compte poursuivre l’exploration de ces nouvelles approches, que ce soit en matière d’expérience visiteur (y compris en ligne) ou de pratiques d’exposition. Si cette crise peut nous apprendre à mieux comprendre l’expérience des visiteurs qui connaissent des problèmes sensoriels et de communication, alors il est possible qu’elle participe à instaurer une transformation socioculturelle de poids.

Références et ressources

Le musée des Beaux-Arts Pouchkine

Série de vidéos « Le musée Pouchkine pour tous » [en russe] :
Vidéo n. 1 , Vidéo n. 2 , Vidéo n. 3 , Vidéo n. 4 , Vidéo n. 5

Lien vers les visites virtuelles organisées par le musée des Beaux-Arts Pouchkine
Un aperçu des visites virtuelles organisées par le musée des Beaux-Arts Pouchkine

 

LISEZ TOUS LES ARTICLES DE ICOM VOICES

 

Les opinions exprimées dans l’article n’engagent en aucune façon l’ICOM et relèvent de la responsabilité de son auteur.

Pour participer au nouvel appel à contributions de ICOM Voices, en partageant vos expériences, cliquez ici.