Les musées n'ont pas de frontières,
ils ont un réseau

Toutes les actualités

juin 29, 2021

ICOM VoicesPrendre le virage de la « nouvelle normalité » ? Enseigner et apprendre en ligne avec des collections numérisées dans l’enseignement supérieur

Catherine Eagleton et Kamila Oles, Maria Economou, Neil Curtis et Lisa Collinson, Susannah Waters

Université de St Andrews, Université de Glasgow, Université d'Aberdeen, Ecole d’Art de Glasgow

Mots-clés : Internet ; Enseignement et apprentissage ; Numérisation ; Collections ; Enseignement supérieur ; Université.

Ni les musées ni les universités n’étaient préparés à la pandémie de Covid-19. Pourtant, nombreux sont ceux qui sont parvenus à numériser ou à créer du contenu en ligne, entraînant ainsi un passage inédit à l’enseignement et à l’apprentissage numériques et hybrides. Un groupe de musées universitaires écossais étudie actuellement cette évolution pour en tirer des leçons pour le futur post-pandémie.

Les défis de l’enseignement en ligne basé sur des collections

Un rapport du Réseau des organisations des musées européens (NEMO) de juillet 2020 a montré que moins de 20 % des collections des musées étaient disponibles en ligne; c’est leur usage pédagogique (pour 76,27 %) et la nécessité de fournir des métadonnées aux chercheurs (à hauteur de 66,10 %) qui incitent le plus souvent ces institutions à numériser leurs collections. La pandémie a provoqué une demande sans précédent de numérisation des collections, ce qui a non seulement accéléré cette tendance sur le long terme pour notre secteur (consulter par exemple le Core Survey 4 d’Europeana ENUMERATE), mais aussi suscité une intensification de l’utilisation des collections en ligne, en complément de l’enseignement en présentiel. Nous espérons que ces changements amélioreront les expériences d’apprentissage et permettront un accès à distance aux ressources du patrimoine mondial et à l’éducation.

Il est essentiel d’évaluer l’utilisation des objets numérisés dans l’enseignement supérieur pour que ces investissements soient à la fois pérennes et pertinents. Les méthodes d’apprentissage à partir des collections font de plus en plus l’objet de recherches, tout comme la façon dont les objets numérisés proposent des expériences uniques pour le public et pour les personnes qui les utilisent comme outils de travail. Mais ces études n’ont que peu été appliquées au cas de l’université et de l’apprentissage avec des collections. Les études de cas qui existent sur les pratiques exemplaires n’ont pas encore été synthétisées de façon à être facilement exploitables.

Enseignement et apprentissage en ligne à partir de collections numériques et à l’aide d’un outil de narration en ligne, à l’université de St Andrews : https://exhibit.so/ © The University of St Andrews

Contextes mondiaux

L’enquête mondiale de l’Association internationale des universités (The International Association of Universities, IAU) sur l’impact de la Covid-19 sur l’enseignement supérieur dans le monde (2020) a montré que la pandémie avait provoqué un changement de perspective en obligeant à explorer tout le potentiel de l’apprentissage flexible. En outre, l’enseignement en ligne est désormais mieux accepté comme faisant partie intégrante de l’enseignement supérieur. Ces résultats ont un intérêt particulier à une époque où, d’une part, le changement climatique et le développement durable risquent d’affecter la capacité des étudiants et des chercheurs à voyager (selon l’IAU, en Europe, la Covid-19 a entraîné une baisse de 95 % de la mobilité internationale des étudiants), et d’autre part, où l’accès à l’enseignement supérieur et aux ressources patrimoniales pédagogiques doit au plus vite être démocratisé.

Pour autant, tous les musées n’ont pas tous eu la même possibilité de se tourner vers une offre numérique pendant la crise sanitaire. Selon un rapport de l’UNESCO, seuls 5 % des musées d’Afrique et des petits États insulaires en développement ont pu proposer ce type de contenu. De même, un rapport de l’IAU indique qu’à peine 29 % des établissements d’enseignement supérieur africains sont parvenus à développer rapidement un enseignement en ligne. Pour les étudiants, être en mesure d’accéder à distance aux ressources est une aide cruciale, notamment dans les régions où il serait possible d’améliorer l’accès à un enseignement supérieur de qualité en augmentant la disponibilité des collections des musées, des bibliothèques et des archives, mais aussi leur accessibilité et la possibilité de les découvrir.

Chartre numérisée des communes de Newburgh, John Vallanage.

Des approches inédites de cette «nouvelle normalité» dans l’enseignement supérieur

University Museums in Scotland (UMIS) est un groupe qui réunit neuf musées universitaires écossais. Ensemble, leurs collections forment un total de plus de 1,8 million d’objets, soit 32 % des collections d’histoire des sciences d’Écosse, 24 % de ses collections de beaux-arts et 18 % de collections consacrées aux cultures écossaises dans le monde. Leur importance est non seulement nationale, mais aussi mondiale. Ces neuf musées sont de différentes tailles et échelles, ont des niveaux de financement et des capacités diverses, et leurs approches de l’enseignement et de l’apprentissage basés sur les collections sont variées.

Pendant la crise de la Covid-19 de 2020, les membres du groupe se sont réunis à intervalles réguliers pour partager des informations et s’entraider. En s’appuyant sur ces discussions consacrées à l’enseignement et l’apprentissage en ligne basés sur les collections, ils ont réussi à obtenir un financement de l’Arts and Humanities Research Council britannique, afin de mener des recherches poussées en lien avec ce sujet, dans le but de mieux aider les musées et les universités du pays et du monde entier à planifier leur enseignement en ligne basé sur des collections à l’ère post-pandémie.

L’enquête mondiale de l’IAU dont nous avons déjà parlé indique que 67 % des établissements d’enseignement supérieur ont pu proposer un enseignement en ligne. Toutefois, l’impact de ce tournant de l’enseignement avec les collections, à la fois sur les professeurs et sur les étudiants, mais aussi sur les musées, les bibliothèques et les archives, reste encore flou. Le projet Online Teaching and Learning With Digitised Collections in Higher Education Contexts (Enseigner et apprendre en ligne avec des collections numérisées dans l’enseignement supérieur) étudiera donc les recherches déjà menées, qu’il combinera aux études de cas qui s’appuient sur les expériences d’enseignement et d’apprentissage en ligne menées pendant la pandémie à partir de collections de musées. Il se penchera sur le passage à l’enseignement et à l’apprentissage en ligne basés sur les collections en identifiant les déficits de compétences, d’outils et d’infrastructures pour ainsi déterminer les mesures à prendre. UMIS publiera gratuitement des études de cas et des rapports, qui pourront guider et aider les musées du monde entier à étendre leur travail sur les collections et leurs pratiques d’apprentissage.

Représentation visuelle de données textuelles non structurées selon la fréquence des mots issus du projet préliminaire.

Au bout du compte, ce projet de recherche se sert de ce tournant forcé vers l’enseignement en ligne pour comprendre ce qui est faisable et quels investissements futurs seront nécessaires pour fournir des expériences optimales d’enseignement et d’apprentissage en ligne basées sur les collections. Nous espérons ainsi ouvrir la porte à de nouvelles approches et susciter un plus grand recours à l’apprentissage en ligne, à distance et hybride utilisant des collections numérisées. Nous sommes convaincus qu’il sera vital de partager des idées et des pratiques exemplaires et de s’en inspirer pour se préparer à l’avenir post-pandémie des musées.

Références et ressources

Site internet du projet Online Teaching and Learning With Digitised Collections in Higher Education Contexts : https://collectionteaching.wp.st-andrews.ac.uk/

Les partenaires du projet Online Teaching and Learning With Digitised Collections in Higher Education Contexts : https://collectionteaching.wp.st-andrews.ac.uk/partners/

Réseau des organisations des musées européens. 2020. Final report. Digitisation and IPR in European Museums, pp. 3-4 et 8-9. Disponible ici

Marinoni, G. van’t Land, H. et Jensen, T. 2020. IAU Global Survey Report. The impact of COVID-19 on Higher Education Around the World, pp. 23-27. Disponible sur : https://www.iau-aiu.net/IMG/pdf/iau_covid19_and_he_survey_report_final_may_2020.pdf

UNESCO. 2020. «Les musées dans le monde face à la pandémie de COVID-19». Rapport de l’UNESCO, Paris, p. 4. Disponible sur : https://unesdoc.unesco.org/ark:/48223/pf0000373530_fre

Van den Heuvel, W. 2017. ENUMERATE Core Survey 4. Disponible sur : https://pro.europeana.eu/page/economic-impact#digitisation-activities

Fennis, J. (ed.) Culture 24. 2020. «The digital Transformation Agenda and GLAMs. A Quick Scan Report for Europeana», Culture 24. Disponible ici