Les musées n'ont pas de frontières,
ils ont un réseau

All news

novembre 9, 2021

Focus Les institutions du patrimoine face au changement climatique : les musées et la COP26

La COP26 – la conférence des Nations unies 2021 sur le changement climatique – touche à sa fin. Les dirigeants mondiaux et les représentants de la société civile se sont réunis à Glasgow pour discuter des progrès réalisés et de ce qu’il reste à faire pour lutter contre le changement climatique. L’ICOM sera présent le 11 novembre avec d’autres organisations internationales de la culture et du patrimoine pour discuter du rôle des institutions patrimoniales dans l’action climatique.

La COP26 s’est distinguée par une présence sans précédent de la culture et des représentants d’organisations culturelles locales et internationales. Cela est dû en partie à l’attention portée à la culture par les gouvernements britannique et italien (l’Italie avait déjà accordé à la culture un rôle de premier plan dans les discussions du G20 sur la crise climatique), qui ont organisé respectivement la COP et la pré-COP, mais aussi aux années de travail d’innombrables organisations et professionnels, notamment le Climate Heritage Network et le projet Reimagining Museums for Climate Action.

Mais qu’est-ce que la COP et pourquoi est-il si important d’inclure la culture dans la lutte contre le changement climatique ?

Qu’est-ce que la COP ?

COP est l’abréviation de Conférence des Parties. Les parties sont les gouvernements signataires de la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques (CCNUCC), un traité conclu en 1994. Chaque année, les 197 signataires (196 pays et l’Union européenne) se réunissent pour surveiller et examiner la mise en œuvre de la CCNUCC.

The EU pavillon at COP26

Selon Sir David Attenborough, l’urgence climatique se résume à un seul chiffre : la concentration de dioxyde de carbone dans notre atmosphère, une mesure qui détermine en grande partie les températures mondiales. Les concentrations de dioxyde de carbone augmentent principalement en raison de la combustion de combustibles fossiles.

C’est pourquoi, depuis 2015, une autre référence internationale en matière d’action climatique est l’Accord de Paris, un traité international juridiquement contraignant sur le changement climatique adopté lors de la COP21. Son objectif est de réduire les émissions de carbone afin de maintenir l’augmentation de la température moyenne mondiale bien en dessous de 2° C, et de préférence en dessous de 1,5° C, par rapport aux niveaux préindustriels.

En l’état actuel des choses, cependant, les gouvernements n’ont pas pris de mesures suffisamment décisives pour atteindre ces objectifs et, sans transformations économiques et sociales majeures, les effets du changement climatique seront graves et disproportionnés dans les différentes régions du monde.

L’action climatique exige la justice climatique

La lutte contre le changement climatique est indissociable de la lutte contre les inégalités, tant sociales qu’économiques. En effet, les pays et les groupes qui ont le moins contribué au changement climatique sont aussi ceux qui sont le plus durement touchés par ses effets, et les grands émetteurs n’ont pas encore assumé leur pleine responsabilité et pris des mesures suffisantes pour inverser le problème. En outre, les voix des groupes les plus vulnérables, notamment les pays du Sud, les peuples autochtones et les jeunes, sont encore largement exclues du débat sur le changement climatique.

A cardboard reading

Dans la lutte contre le changement climatique, l’égalité sociale, l’autonomisation et l’inclusion des communautés locales sont essentielles pour assurer une transition qui ne laisse personne de côté. Notre dernier MOOC sur la création de pratiques muséales significatives et inclusives traite justement de ce sujet. Et c’est l’un des domaines où la culture et les musées peuvent jouer un rôle clé.

Pourquoi la culture est importante

L’article 6 de la convention de la CCNUCC vise à réduire l’impact du changement climatique en permettant à la société de faire partie de la solution. Cet article se traduit par des programmes de travail appelés “Action for Climate Empowerment”, qui reposent à leur tour sur six éléments clés : l’éducation, la formation, la sensibilisation du public, la participation du public, l’accès du public à l’information et la coopération internationale.

Il n’est pas difficile d’imaginer le rôle que les musées peuvent jouer dans ce domaine, et il existe de nombreux exemples de musées qui ont pris l’initiative et montrent l’exemple au secteur. La culture a un rôle clé à jouer pour favoriser les solutions innovantes, amplifier la voix des militants et des peuples autochtones et impliquer tous les membres de la société dans la lutte contre le changement climatique.

Bien entendu, les musées peuvent également apporter une contribution directe en réduisant leurs émissions de carbone et en atteignant le niveau “net zéro”, et il existe là aussi de nombreux exemples de musées innovants dans le monde entier.

L’ICOM à la COP26

Pour aider les musées à mener toutes ces actions, l’ICOM a créé et est soutenu par son groupe de travail sur la durabilité, ainsi que par un réseau croissant de partenaires et de collaborations internationales, notamment le prochain panel qui aura lieu le jeudi 11 novembre 2021 dans le pavillon de l’UE à la COP.

Ce panel abordera la manière dont les institutions, les praticiens et les décideurs du patrimoine culturel répondent à l’urgence climatique, et comment nous pourrions parvenir à une action plus intégrée et radicale.

L’événement a été organisé par l’Initiative de programmation conjointe sur le patrimoine culturel et le changement global (JPICH), le Réseau du patrimoine climatique (CHN), Europa Nostra et Reimagining Museums for Climate Action (RMCA), et comprendra des contributions de ces acteurs ainsi que de nos partenaires ICCROM, IFLA, The Climate Museum NYC, le ministère italien de la culture et la direction générale de l’éducation et de la culture de la Commission européenne.

Ce panel reflète l’esprit de la COP26 en tant qu’événement organisé par un large groupe de partenaires différents, et nous rappelle une fois de plus l’absolue nécessité d’une collaboration et d’une coordination internationales pour lutter contre le changement climatique, ainsi que les inégalités économiques et sociales qui l’alimentent.

Retrouvez le programme complet et inscrivez-vous ici