Les musées n'ont pas de frontières,
ils ont un réseau

Toutes les actualités

août 27, 2020

ICOM Voices Évaluer et limiter l’impact de la COVID-19 sur les musées de Singapour

Alvin Tan Tze Ee

Adjoint de direction (politiques et communauté) Conseil national du patrimoine de Singapour

Mots-clés : COVID-19; Musées; Sondage; Numérique; Formation.

Plus petit pays de l’Asie du Sud-Est, Singapour possède néanmoins un paysage muséal riche, divers et prospère, composé de musées privés et publics qui exposent des collections en lien avec les arts, la culture et les communautés, la santé, l’histoire nationale, la défense, les sciences et la technologie.

Soixante d’entre eux se sont réunis sous la direction du Conseil national du patrimoine (ou NHB, pour National Heritage Board) afin de former la Table Ronde des Musées (Museums Roundtable), un réseau qui rassemble ces établissements dans un double objectif : créer une culture de fréquentation des musées parmi la population et faire des musées des destinations culturelles.

Quand la pandémie de COVID-19 a pris d’assaut le monde, le NHB a publié une série de lignes directrices opérationnelles, le 23 mars 2020, listant des mesures de précaution que toutes les parties prenantes devaient respecter. Le 3 avril 2020, en réponse au confinement mis en place par le gouvernement singapourien et à l’application des mesures de distanciation, tous les musées du pays ont fermé leurs portes pour limiter la propagation du virus.

Évaluer l’impact de la COVID-19

Pendant cette période de fermeture, le NHB a réalisé un sondage afin d’évaluer l’impact de la COVID-19 sur les musées de Singapour, de déterminer leur capacité à rouvrir et de se faire une idée quant à leurs besoins et intérêts en matière de numérique. Cette enquête, menée entre avril et mai 2020, a réuni les réponses de 43 membres de la Table Ronde des Musées.

75% d’entre eux indiquaient avoir constaté une chute drastique du nombre de visiteurs, et de leurs revenus. Les 25% restants étaient composés des musées déjà fermés avant la crise de la COVID-19 à des fins de rénovation. De nombreux sondés ont précisé avoir dû subir des coupes budgétaires et le report ou l’annulation de certaines expositions et programmes.

Résultats illustrant l’impact du covid-19 sur le nombre de visiteurs quotidiens des membres de la Table Ronde des Musées

Heureusement, près de 90% des musées interrogés ont répondu n’avoir pas été obligés de licencier leur personnel, bien que 14% t d’entre eux aient dû l’affecter à d’autres tâches, comme la production de contenu numérique, les recherches, l’analyse des opérations du musée, etc.   

Évaluer la capacité à rouvrir

L’enquête demandait également aux sondés d’indiquer leur aptitude à appliquer, quand ils rouvriraient, les mesures de gestion sécurisée figurant dans le guide du NHB. Environ 75% pensaient être à même de prendre la température des visiteurs, de désinfecter et de nettoyer les locaux et les surfaces les plus touchées, de fournir des désinfectants pour les mains à certains endroits clés, d’afficher des panneaux d’information, de collecter des déclarations relatives aux déplacements et à la santé des visiteurs, et à enregistrer l’identité de ceux-ci pour mettre en place un suivi des contacts.

Panneau rappelant la distanciation sociale à la National Gallery de Singapour

En outre, plus de 60% d’entre eux ont répondu avoir la possibilité d’appliquer une distance d’un mètre entre chaque visiteur, de contrôler et de veiller à ce que tous les groupes de plus de 10 personnes se dispersent au plus vite, d’annuler ou de reporter tous les événements impliquant plus de 10 personnes simultanément et de faire en sorte que leurs musées n’accueillent pas plus d’une personne tous les 16 mètres carrés ‘espace utilisable.

Passer au numérique

En ce qui concerne leurs besoins en matière de numérique, 58% des musées participants ont indiqué être intéressés par le développement d’expositions et de programmes d’apprentissage en ligne ou encore de visites virtuelles. Ils affichent également une certaine volonté à exposer leurs collections en ligne en utilisant des hashtags pour attirer le public et améliorer leur visibilité. Les principaux obstacles cités sont l’absence de financement et des compétences requises, ainsi qu’un manque de ressources humaines pour concrétiser ces projets.

La priorité absolue en termes de formation était d’ailleurs l’engagement numérique. Ce résultat n’a rien de surprenant, compte tenu des efforts consentis par les membres de la Table Ronde des Musées afin de développer et de proposer une offre numérique, composée d’expositions et de visites virtuelles, d’ateliers en ligne, de ressources pédagogiques, etc. Leur but : conserver un lien avec leurs publics et une bonne reconnaissance de la marque.

Image tirée de l’exposition ‘An Old New World: Digital Edition’(Un ancien nouveau monde : version numérique) © Musée national de Singapour

Actions de suivi

En réponse à ces résultats, le NHB, avec l’aide du ministère concerné, a lancé deux plans de soutien, afin d’aider les petits musées privés à survivre à la pandémie. La subvention aux projets numériques finance 50 à 100 % des coûts liés au développement de contenu et de programmes numériques des musées éligibles; le plan de formation pour les arts encourage quant à lui les musées privés à développer les compétences numériques de leur personnel en fournissant des subventions couvrant jusqu’à 90 % des frais d’inscription et en prenant en charge les coûts imputables à l’absence des membres du personnel qui partent se former.

Pour aider un peu plus les membres de la Table Ronde des Musées, le NHB met en avant les projets numériques qu’ils proposent sur la page Facebook «I Love Museums», une plateforme en ligne sur laquelle le conseil partage les pratiques exemplaires du secteur. Il est également à l’origine de campagnes en ligne, comme #CultureCarriesOn et #DoseOfCulture, et a organisé une édition numérique de la Journée internationale des musées 2020.

Enfin, le NHB a mené une série de sessions pour les membres de la Table Ronde des Musées, lors de laquelle il donnait des explications sur les lignes directrices et les plans de soutien et répondait aux questions à ce sujet. Il a de plus organisé six sessions de formation pour ses membres, entre juin et juillet 2020, et continuera de proposer ce type de programmes jusqu’à la fin de l’année.

La pandémie de COVID-19 a entraîné des bouleversements sans précédent qui ont obligé les musées du monde entier à revoir leurs modèles de fonctionnement, mais aussi à se tourner vers le numérique pour conserver un lien avec leurs publics. Alors que de nouveaux défis font chaque jour leur apparition, c’est grâce au soutien et à la solidarité de réseaux et associations tels que l’ICOM, la Table Ronde des Musées de Singapour, et bien d’autres, que ces établissements pourront survivre ensemble à la COVID-19 et mettre en place des mesures pour contrer le virus.    

Références et ressources :

Pour plus d’informations sur la Table Ronde des Musées : https://www.nhb.gov.sg/what-we-do/our-work/sector-development/museum-roundtable

Pour plus d’informations sur les lignes directrices opérationnelles du NHB en matière de COVID-19 : https://www.nhb.gov.sg/-/media/nhb/files/media/covid-19-guidelines/covid-19-guidelines-for-museum-stakeholders-23-march-2020.pdf?la=en

Pour plus d’informations sur l’enveloppe Résilience de la culture et des arts du ministère de la Culture, de la Communauté et de la Jeunesse : https://www.nhb.gov.sg/-/media/nhb/files/media/releases/new-releases/07-apr-2020-mccy-rolls-out-55-mil-arts-and-culture-resilience-package.pdf

Page Facebook «I Love Museums» : https:///facebook.com/ILoveMuseums/

__________________

LISEZ TOUS LES ARTICLES DE ICOM VOICES

Les opinions exprimées dans l’article n’engagent en aucune façon l’ICOM et relèvent de la responsabilité de son auteur.

Pour participer au nouvel appel à contributions de ICOM Voices, en partageant vos expériences, cliquez ici.