Les musées n'ont pas de frontières,
ils ont un réseau

Toutes les actualités

février 12, 2019

ICOM Kyoto 2019 Koji Kinutani: l’artiste créateur de l’affiche ICOM Kyoto 2019

Nous avons interviewé le célèbre artiste japonais Koji Kinutani sur la signification du tableau qu’il a créé pour la 25e Conférence générale de l’ICOM.

Koji Kinutani (1943-) est un peintre japonais né à Nara. Après avoir maîtrisé la technique de la fresque à l’Université nationale des beaux-arts de Tokyo, il a étudié à l’étranger à l’Académie des beaux-arts de Venise. En 1974, Kinutani est devenue la plus jeune personne à recevoir le prix Yasui, une pierre de touche des jeunes peintres japonais. Il a également conçu l’affiche officielle des Jeux olympiques d’hiver de Nagano en 1998 et installé des œuvres d’art public sur les murs de la gare de Shibuya en 2008.

En 2001, Kinutani a été nommé à l’Académie des arts du Japon et, en 2014, il a été nommé Personnalité au mérite culturel pour ses contributions novatrices à la culture et à la société japonaises. Kinutani a créé des œuvres particulièrement énergétiques utilisant une grande variété de techniques. Il s’intéresse également beaucoup à l’éducation des enfants et participe activement à Kids Dream / Art / Academy, un projet lancé par l’Agence des affaires culturelles et l’Académie des arts du Japon afin de transmettre aux enfants les joies de l’art et de la culture.

Lors des réunions annuelles de l’ICOM 2018, nous l’avons interviewé sur la signification de l’affiche conçue pour la Conférence générale de l’ICOM, sur laquelle figure son tableau intitulé Light Descends On Kyoto.

Comment décririez-vous l’affiche de la Conférence générale ICOM Kyoto 2019? Que vouliez-vous communiquer avec cette affiche?

Vous pouvez voir un temple de Kyoto au bas de l’affiche et le bodhisattva Manjushri descendant du soleil. Manjushri tient une fleur dans une main et dans l’autre une épée. Celles-ci représentent la symbiose de la paix et de la guerre – les deux faces d’une même pièce. Pour donner un autre exemple, lors de la fabrication du chocolat, nous ajoutons du sel en plus du sucre. Pour faire un curry épicé, nous ajoutons des choses sucrées comme des pommes et du miel à la sauce savoureuse.

Ce que je veux transmettre, c’est le concept spirituel de non-dualisme, l’idée que des concepts individuels, apparemment contradictoires, sont en réalité des parties essentielles d’un tout plus grand. De la même manière, les sentiments positifs et négatifs coexistent dans notre esprit. Nous devons vivre avec et apprendre d’eux tous les jours. Les hommes et les femmes peuvent également être considérés de cette manière; non pas en tant qu’entités séparées mais plutôt en tant que composants essentiels de l’humanité. Si vous avez la sagesse de comprendre ces idées, le monde sera en paix. C’est le message contenu dans l’affiche.

L’ICOM a choisi Kyoto pour accueillir la Conférence générale car c’est une ville qui respecte la tradition tout en favorisant l’esprit d’innovation. A votre avis, quel est l’avenir de la tradition au Japon?

«L’avenir de la tradition», thème d’ICOM Kyoto 2019, ne traite pas de deux choses distinctes. Passé, présent et futur sont inextricablement liés. Nous vivons et mourons tous au fil du temps, et de nouvelles choses ne peuvent sortir que de ce qui était auparavant. Nos gènes, qui ont été transmis il y a plus de 360 ​​millions d’années, en sont un exemple spécifique et continueront à être transmis à l’avenir. Si nous regardons vraiment le passé et le futur de cette manière, nous obtenons une perspective extraordinairement large. Je pense qu’il est important d’obtenir ce genre de vision large du monde, en prenant en compte la nature complexe et dichotomique des choses qui coexistent au sein d’un flux plus large. C’est ce que j’avais en tête lorsque j’ai créé l’affiche ICOM.

Le thème de «L’avenir de la tradition» reconnaît que les «choses anciennes» ne sont pas nécessairement «démodées», mais sont en réalité exactement le lieu où nous pouvons chercher pour découvrir le nouveau. Il est parfois facile d’oublier que le monde que nous vivons existe depuis bien longtemps et que cette tradition est un pont vers l’avenir. En ce sens, je pense que l’ICOM Kyoto 2019 a choisi un thème merveilleux pour sa Conférence générale.

Au musée d’art Koji Kinutani de Tenku, vous utilisez des visuels en 3D ainsi que des peintures en techniques mixtes. Comment pensez-vous que l’utilisation de la technologie moderne change la façon dont le public aborde votre art?

Je présente un monde en mouvement qui utilise la technologie 3D pour permettre au public d’entrer dans mes peintures et pour que la peinture avance vers les visiteurs, pendant que la musique circule autour du musée. C’est l’une des façons dont j’insuffle une bouffée d’air frais dans ma méthode de travail – une technique de peinture très ancienne appelée fresque.

Michel-Ange et les peintres de la Renaissance ont utilisé les techniques de la fresque pour créer des peintures, et donc leurs liens avec le monde, alors que la «toile» à la chaux était encore humide. Cette façon de peindre peut sembler initialement démodée. Mais les fresques sont peintes sur des murs humides en prenant du calcaire brûlé et en le faisant disparaître avec de l’eau pour créer de la chaux hydratée – qui absorbe ensuite le dioxyde de carbone de l’air pour durcir. Cette méthode de peinture capture la peinture dans la structure même du mur et la transmet au futur – peut-être pour toujours.

La question du dioxyde de carbone, le CO2, est devenue l’un des problèmes les plus importants du monde moderne. Ce ne sont pas seulement des plantes qui nous permettent de résoudre le problème, ce sont aussi des pierres naturelles qui respirent, absorbent le dioxyde de carbone et le transforment en un produit sûr.

Ainsi, la peinture sur fresques peut sembler démodée, mais à cette époque, les gens savaient que la chaux aspirait le dioxyde de carbone de l’air pour se solidifier. Il y a du CO2 dans CACO3 et du calcaire. Sans ce CO2, il ne peut devenir une pierre – et cette science entre dans le monde de la peinture. Ainsi, nous pouvons voir que la question du CO2 est apparue dans la peinture à la fresque au calcaire. Ceci est un exemple d’un thème ancien qui est également un thème très moderne.

Et enfin, pourquoi pensez-vous que les gens devraient assister à la Conférence générale ICOM Kyoto 2019?

Je pense que la conférence du musée est très importante. À bien des égards, les arts et la culture sont comme une belle fleur – nous ne pouvons tout simplement pas marcher sur une fleur. La beauté de l’esprit humain est la même. Le musée est l’aboutissement de la beauté de l’esprit humain et un héritage important pour l’humanité – comme une sorte de machine à remonter le temps qui peut nous envoyer dans l’avenir. J’ai beaucoup de respect pour la manière dont les membres de l’ICOM travaillent au développement de la culture, de l’art et de la préservation, et c’est un grand honneur d’avoir pu créer cette affiche.