Museums have no borders,
they have a network

All news

mai 28, 2020

ICOM Voices L’engagement communautaire du Musée Maison de la Mémoire de Medellín face à la crise sanitaire

Isabel Dapena | Armando Perla

Musée Maison de la Mémoire | Mairie de Medellín

Mot-clés : COVID-19 ; crise ; travail communautaire ; terrain ; rôle social

La crise mondiale actuelle générée par la COVID-19 nous oblige à repenser, non seulement notre vie quotidienne et la façon dont nous travaillons, mais aussi à remettre en question la façon dont nos sociétés ont fonctionné jusqu’à aujourd’hui. La pandémie a mis au jour les failles démesurées de nos infrastructures, dans tous les secteurs sociaux : médical, politique, financier, industriel et culturel. Ceux qui étaient déjà fragiles doivent maintenant se battre pour simplement rester en vie. Les défenseurs des droits de l’Homme qui travaillent avec des communautés vulnérables comme les personnes âgées, les demandeurs d’asile, les réfugiés, les membres de la communauté LGBTQAI+, les travailleurs sans papiers, les personnes à faible revenu et les sans-abris nous ont montré comment ces groupes ont été inégalement affectés par la crise.

Face à un tel scénario, certains musées travaillant étroitement avec leurs communautés ont adapté leur organisation pour continuer de remplir leurs missions. Ainsi, le Musée Maison de la Mémoire et le Secrétariat à la Culture de Medellín ont été désignés par la mairie de la ville pour mettre en œuvre conjointement la stratégie de lutte contre la COVID-19 dans la Commune 8, Villa Hermosa, un quartier réunissant différents groupes ethniques, victimes du conflit armé colombien, travailleurs informels, migrants vénézuéliens et communautés émigrées.

Des actions sociales collaboratives pour venir en aide à la communauté

La décision de la mairie d’inclure le Musée Maison de la Mémoire dans sa stratégie de lutte contre la COVID-19 a été influencée par la confiance établie entre le musée et les différentes communautés du territoire, fruit d’un travail communautaire mené de front depuis des années. De ce fait, le gouvernement municipal a reconnu l’intérêt de mettre en place un partenariat pour assister rapidement les personnes les plus affectées par la pandémie. Ce schéma unique de coopération entre le gouvernement municipal et le musée couvre quatre domaines :

  • Communication : Conformément aux mesures de sécurité et aux directives établies par la mairie, le personnel du musée est présent sur le terrain, écoute et évalue les besoins des membres de la communauté et les transmet à l’administration. Ce système a donc rendu possible un canal de communication entre le gouvernement municipal et les membres.
  • Foyers d’accueil : L’équipe du musée fait le lien entre les sans-abris et les centres d’hébergement temporaire construits par la ville afin d’améliorer leurs conditions d’isolement et de distanciation sociale.
  • Santé : L’équipe du musée est formée par les professionnels de la santé des hôpitaux de Medellín sur les questions de prévention, de réduction et de traitement de la COVID-19. De cette façon, ils transmettent ces connaissances aux membres de la communauté qui n’ont pas accès à ces informations.
  • Nourriture : Le personnel du musée distribue également de la nourriture aux personnes qui ne peuvent pas travailler en raison de la quarantaine.
Aura Aleida Jaramillo, Directrice adjointe du Musée Maison de la Mémoire de Medellín, récupère des sacs de nourriture afin de les stocker au musée, avant qu’ils puissent être distribués aux membres de la communauté. © Museo Casa de la Memoria, Medellín
Cathalina Sánchez, Directrice du Musée Maison de la Mémoire de Medellín explique les procédures de sûreté à une équipe de volontaires. © Museo Casa de la Memoria, Medellín

Le travail collaboratif avec les dirigeants de la Commune 8 a été essentiel pour que le musée puisse s’acquitter du mandat confié par la mairie sur le territoire. Par exemple, la relation de confiance préexistante entre le musée et les dirigeants a facilité l’identification des familles aux besoins prioritaires, afin de les aider rapidement.

Du porte-à-porte est organisé par les équipes afin de créer une base de données pour identifier plus facilement les familles les plus fragiles et leur apporter une aide prioritaire. © Museo Casa de la Memoria, Medellín

Assurer la continuité des projets communautaires préexistants

Parallèlement, le musée continue de travailler à distance avec ses communautés sur un programme lié à la mémoire et à la consolidation de la paix, qui comprend :

  • Le projet « Rencontre des Tisserandes de Mémoires » : Des femmes tissent individuellement leurs souvenirs de cette période de quarantaine. A la fin du confinement, toutes les pièces seront unies pour ne former qu’un seul et même ouvrage collectif.
  • La relance et la promotion de 10 expositions virtuelles portant sur le conflit colombien, la mémoire, la paix et la réconciliation.
  • L’accompagnement dans le développement du projet du Musée de la Mémoire de Casa Amiga, un musée communautaire des mémoires collectives fondé par des organisations communautaires et des femmes dirigeantes de la Commune 13.
  • L’aide au développement et à la gestion d’appuis stratégiques pour le projet « Conquérir les frontières », une initiative communautaire visant à créer un boulevard de la mémoire grâce à l’emploi de méthodologies participatives dans le secteur de la Calle Nueva de la Commune 13.

Le travail effectué dans le quartier de la Commune 8 a également permis au musée de prendre connaissance des expériences vécues par ses habitants durant la quarantaine. En tant que musée de mémoire, le rôle du Musée Maison de la Mémoire est de préserver, de manière éthique et responsable, les mémoires et les histoires de ceux ayant été les plus touchés par la pandémie. De cette façon, il est une référence dans un secteur muséal émergeant, porté davantage par l’obligation de contribuer au mieux-être de l’ensemble de la société, et moins par la volonté de développer des expositions “blockbuster” visant à satisfaire un public élitiste, de niche.

La crise mondiale actuelle nous pousse, en tant que professionnels des musées, à repenser radicalement notre secteur dans une perspective privilégiant le rôle social des musées, et non leur positionnement en tant qu’institutions élitistes ; à les réinventer comme espaces communautaires qui existent aussi bien à l’intérieur et à l’extérieur de leurs murs et comme acteurs du changement capables d’aider la société en temps de crise. Le Musée Maison de la Mémoire à Medellín nous montre le chemin.

Isabel Dapena – Directrice de Muséographie et Conservation au Musée Maison de la Mémoire de Medellín, Colombie

Armando Perla – Conseiller international en musées, droits de la personne et inclusion sociale à Medellín, Colombie ; Membre du Conseil d’administration du Comité International des Dilemmes Éthiques (IC-Ethics) de l’ICOM

Références et ressources

En savoir plus sur le Musée Maison de la Mémoire

 

LISEZ TOUS LES ARTICLES DE ICOM VOICES

 

Les opinions exprimées dans l’article n’engagent en aucune façon l’ICOM et relèvent de la responsabilité de son auteur.

Pour participer au nouvel appel à contributions de ICOM Voices, en partageant vos expériences, cliquez ici.