Les musées n'ont pas de frontières,
ils ont un réseau

All news

juillet 8, 2020

ICOM VoicesProfessionnels de l’art et fièvre du numérique

Elli Levantaki

Conservatrice titulaire d'un master en histoire de l'art

Mots-clés : Numérisation ; Professionnels de l’art ; Crise ; Précarité ; Main-d’œuvre. 

En cette période complexe, nous avons eu l’agréable surprise de constater que les musées, les institutions, les festivals et les espaces artistiques en tout genre ont réussi à rester actifs en imaginant des solutions alternatives pour exposer, promouvoir et partager du contenu, grâce aux outils numériques. Pourtant, la forte demande du public à pouvoir accéder à l’art depuis chez soi a obligé de nombreuses institutions à donner un brutal coup d’accélérateur à leurs procédures de numérisation, ou à trouver des solutions créatives en ligne, dans l’espoir de ne pas se laisser distancer par le reste du monde et de conserver l’intérêt de leurs publics.

L’exemple le plus caractéristique est peut-être le projet du Getty Museum Challenge, devenu viral. Il invitait les participants à recréer de célèbres œuvres d’art, une idée que bien des musées ont depuis reprise (Barnes 2020). Les espaces artistiques ne se sont pas contentés de se tourner vers leurs réseaux sociaux ; ils ont aussi proposé des visites virtuelles ou enrichi leur chaîne Youtube avec de nouvelles vidéos. On peut ainsi citer l’exemple de la fondation Onassis, en Grèce, qui a mis en ligne de nouveaux contenus sur sa chaîne pendant toute la quarantaine.

Exemple de réalisation dans le cadre du Getty Museum Challenge, disponible sur la page Instagram du musée Getty. © Musée Getty

L’impact du numérique sur les professionnels de l’art dans le monde

Ces évolutions sont incontestablement nécessaires et constituent de précieux éléments pour l’avenir, d’autant qu’elles auraient, dans d’autres circonstances, mis bien plus longtemps à voir le jour. Il est aussi important de les interpréter du point de vue de la main d’œuvre engagée. La fièvre du numérique affecte déjà les professionnels du monde entier, soit qu’ils se voient poussés à développer des ressources numériques en un temps record, soit qu’ils doivent obtenir de nouvelles qualifications pour répondre à une demande toujours plus forte.

Dans le même temps, un grand nombre de leurs pairs se retrouvent sans emploi, car même les grandes institutions comme le MoMA de New York ont des difficultés à obtenir des financements sur le long terme (Selvin 2020). En Europe, une récente enquête menée par le Réseau des organisations des musées européens (NEMO) a révélé que la majorité des musées (73%) confiaient devoir limiter leurs dépenses en réduisant les coûts relatifs au personnel.

Le cas de la Grèce

En Grèce, le secteur de la culture subissait déjà une grave crise, à laquelle est venue s’ajouter une baisse du tourisme. La survie de nombreux espaces artistiques, galeries et même de petits musées est en jeu. Certains ne savent pas encore s’ils pourront rouvrir une fois le déconfinement amorcé. Dans ce contexte, les professionnels de l’art du pays défendent leurs droits par le biais de nouveaux réseaux, comme Support ART Workers et Cultural Workers Alliance Greece, demandant des mesures gouvernementales pour compenser la perte de leur emploi.

Ces groupes autogérés par la communauté de l’art sont apparus en réponse à l’absence de dispositions gouvernementales dans le secteur de la culture, dans le but de défendre collectivement leurs droits. La plupart de ces professionnels ont vu leurs projets être annulés les uns après les autres. D’autres travaillent depuis chez eux, sans savoir s’ils conserveront leur poste ou si on leur demandera d’effectuer uniquement des missions en ligne, une fois la crise passée.

Protestation-représentation par le groupe Support ART Workers, le 7 mai à Athènes, en Grèce. ©Support Art Workers

Si elle ne perd pas de vue l’objectif principal de l’art, toucher le public, cette tendance à l’hypernumérique accroît la précarité des conditions de travail des professionnels de l’art dans le monde entier, et aura, sans aucun doute, des effets à long terme sur la nature des services fournis.

M. Scaltsa, historienne de l’art et muséologue renommée, a récemment souligné que 90% des programmes numériques pour la culture s’intéressaient à la numérisation à proprement parler. Seuls les 10 % restants étaient consacrés à l’essence de ce qui est communiqué (Scaltsa 2020), ce qui laisse présager d’un avenir bien sombre pour les professionnels de l’art et des sciences sociales. Par conséquent, en limitant la perception de la culture à ses reproductions virtuelles, c’est tout un ensemble de professions, des médiateurs aux chercheurs, en passant par les restaurateurs et les animateurs, qui finiront immanquablement par disparaître, entraînant une baisse de qualité dans la production culturelle.

C’est pour cela que, tout en reconnaissant l’intérêt du contenu numérique, nous devons nous battre pour établir un équilibre entre le volume des procédures de numérisation dans le domaine de l’art et la main-d’œuvre nécessaire à leur mise en place. En effet, créer et transmettre l’art nécessite bien plus de travail et d’implication que ce qui ressort d’une œuvre virtuelle ou d’informations en ligne.

Références et ressources

Barnes, S. ‘People Recreate Works of Art With Objects Found at Home During Self-QuarantineMy Modern Met. 2020.

Scaltsa, M. ‘Globalization, Museology and CultureAvgi. 2020.

Selvin, C. ‘MoMA Slashes Budget, Reduces Staff Ahead of Reopening: ReportARTnews. 2020.

Page Instagram du musée Getty

L’enquête NEMO

La chaîne Youtube de la fondation Onassis

En savoir plus sur la protestation-représentation du groupe Support ART Workers, le 7 mai à Athènes, en Grèce

La page Facebook du projet Support ART Workers

Le groupe Facebook Cultural Workers Alliance Greece

 

LISEZ TOUS LES ARTICLES DE ICOM VOICES

 

Les opinions exprimées dans l’article n’engagent en aucune façon l’ICOM et relèvent de la responsabilité de son auteur.

Pour participer au nouvel appel à contributions de ICOM Voices, en partageant vos expériences, cliquez ici.