Les musées n'ont pas de frontières,
ils ont un réseau

Toutes les actualités

juillet 16, 2021

ICOM Voices Collections of Ghent : créer un champ commun numérique au Design Museum Gent

Olivier Van D'huynslager

directeur de la stratégie numérique du Design Museum Gent

Mots-clés : Numérique ; Technologie ; Inclusion ; Participation ; Urbain ; Ouverture

En juin 2020, le Design Museum Gent de Gand, en Belgique, s’est associé à trois musées locaux et aux archives de la ville pour concevoir le projet urbain innovant, Collections of Ghent, subventionné par l’Union européenne. 

Développé par des institutions universitaires et de recherche, la ville de Gand, les autorités locales, des ONG, des PME et d’autres entreprises privées, il a pour objectif d’étudier le rôle et la capacité du patrimoine culturel numérique à répondre aux problèmes sociétaux d’ordre urbain, notamment l’inclusion et la cohésion. Collections of Ghent cherche ainsi à étendre les pratiques du Design Museum Gent et à encourager ses partenaires à faire de même. Dans cet article, je tenterai d’expliquer en quoi ce développement des pratiques est vital à de multiples niveaux.

La co-création, clé du développement des communautés

Malgré une forte progression de la numérisation des collections des musées du monde entier, les systèmes conçus pour exposer et partager des collections en ligne sont le plus souvent adaptés aux besoins spécifiques des institutions, et donc mal équipés pour promouvoir la collaboration par-delà leurs murs. Le projet Collections of Ghent utilise donc les technologies numériques, comme le web des données ouvertes et liées (Linked Open Data), afin de bâtir l’infrastructure technologique nécessaire pour tirer pleinement parti du patrimoine culturel numérique de la ville de Gand.

Les conflits politiques et sociaux, toujours plus nombreux de par le monde, ont entraîné des manifestations massives sur des sujets tels que le changement climatique et le racisme systémique, ce qui montre combien les injustices et les inégalités sont encore très présentes dans le paysage actuel. Malgré les difficultés rencontrées pendant cette crise, les musées demeurent des lieux uniques de création de sens dans la société. Ils ont le potentiel de devenir des moteurs de changement en collaborant avec des artistes, des designers et leurs communautés. Pour optimiser ce potentiel, il leur faudrait permettre une interprétation plus inclusive des collections, en impliquant leurs communautés dans leur développement et dans les processus de prise de décision.

C’est pour cela que Collections of Ghent ne se limite pas à travailler sur les collections existantes des institutions culturelles participantes. Le projet s’appuie également sur l’histoire publique vécue en collectant des récits et des témoignages, dans le but de mettre en évidence les zones grises de nos collections actuelles. L’approche du patrimoine culturel qu’adopte Collections of Ghent est celle d’un terreau commun pouvant amener les communautés à participer. De ce fait, le projet permettra de collecter de nouvelles informations et témoignages en appelant les citoyens de Gand à s’impliquer et à ajouter de nouveaux objets afin de développer les collections. Cette collecte d’informations se fera en ligne à l’aide de la technologie du web des données ouvertes et liées. En exposant ainsi les collections sur une plateforme qui laisse la place à de nombreuses voix, nous espérons susciter de nouvelles conversations et relations entre les institutions culturelles et leurs communautés, ce qui ouvrirait la voie à une lecture plus inclusive de notre patrimoine culturel.

Par-delà les murs des musées

Le patrimoine culturel, l’art et le design sont sujets à évolution, mais, alors que leurs interprétations s’érodent, ils restent pour autant souvent décrits selon un même point de vue. En nous ouvrant aux citoyens de la ville et en leur donnant la possibilité d’exprimer librement leur avis sur des thèmes culturels, nous sommes convaincus que nous pouvons accroître leur sentiment d’appartenance. Si nous souhaitons faire de nos institutions culturelles des espaces de création de sens et de développement des communautés, alors il est de notre devoir de laisser de la place à la diversité.

Pour établir de nouvelles relations avec nos communautés, il nous faut réinstaurer une participation qui vient du bas, en particulier lorsqu’il s’agit de répondre à des problèmes urgents pour la ville, comme l’inclusion et la cohésion sociales. Collections of Ghent s’intéresse à la façon dont le patrimoine culturel peut servir à améliorer l’inclusion sociale et, au bout du compte, à renforcer la cohésion sociale à l’échelle urbaine. Nous procéderons pour cela en organisant des activités de sensibilisation hors des murs de nos musées et travaillerons en étroite collaboration avec les communautés urbaines existantes. Nous déploierons par exemple un pavillon immersif, le CoGent, qui aura pour objectif de réduire les possibles obstacles. Dans cet espace, les visiteurs interagiront non seulement avec les objets numériques des musées participants, mais aussi avec leurs propres contributions, en co-créant des cadres narratifs. Une fois que nous aurons visité trois quartiers de la ville, nous étudierons l’impact de nos interventions sur leurs communautés et étudierons comment les évaluer et appliquer ces nouveaux modes d’interaction au Design Museum Gent en 2023.

Le Design Museum Gent (DING) vu de la cour. © TRANS, Carmody Groarke et REST

Ces nouveaux processus participatifs et de co-création sont autant de mises à l’épreuve du rôle essentiel du patrimoine culturel par-delà les murs et hors du contexte des musées. D’ailleurs, le projet ne fait pas qu’ouvrir le patrimoine culturel de la ville grâce à la technologie. Un flux de subventions nous permettra de proposer un soutien financier à tous les projets numériques et non numériques, sous réserve qu’ils soient liés aux collections et publiés dans le cadre du projet Collections of Ghent.

Celui-ci questionne en outre les applications potentielles des données du patrimoine culturel par d’autres secteurs que celui de la culture. Le big data influence toujours davantage le développement urbain et les processus de prise de décision qui s’y rapportent. En maximisant l’utilisation d’internet dans la transformation des données patrimoniales, le projet se penche sur de nouvelles manières d’exposer et d’ouvrir le patrimoine, mais vise aussi à jouer un rôle dans d’autres domaines, comme l’éducation, la mobilité et l’innovation, interrogeant ainsi sa fonction au sein de ces nouveaux processus de prise de décision.

En conclusion, nous devons étudier le rôle des musées en leur qualité de lieux de création de sens où les visiteurs peuvent devenir parties prenantes et ne sont plus de simples «utilisateurs». Au cours de notre recherche de nouvelles pratiques inclusives, il nous faudra explorer les technologies numériques en tant que médias sociaux grâce auxquels une lecture plus inclusive de nos collections est possible.

Collections of Ghent est co-financé par le Fonds européen de développement régional dans le cadre de l’initiative Actions Innovatrices Urbaines.

Références et ressources

Pour en savoir plus sur le projet Collections of Ghent :