Les musées n'ont pas de frontières,
ils ont un réseau

All news

octobre 14, 2020

ICOM VoicesLa co-création en période de confinement : My Wachau – Les multiples voix d’un site classé au patrimoine mondial

Isabell Fiedler

Responsable de l'éducation artistique | Service des visiteurs | Artothek Niederösterreich

Pour participer au nouvel appel à contributions de ICOM Voices,
en partageant vos expériences, cliquez 
ici.

Mots-clés : Voix multiples ; Co-création ; Implication des communautés ; Audioguide.

© Kunstmeile Krems

Comment les enfants perçoivent-ils le site de Wachau, classé au patrimoine mondial de l’UNESCO ? À quoi l’associent-ils ? À l’occasion du 20e anniversaire du site, le département Éducation de la Galerie d’État de Basse-Autriche a étudié la question et proposé une vaste exposition artistique. L’objectif du projet est d’intégrer les voix d’élèves de primaire à l’exposition, de façon à présenter une nouvelle interprétation et une vision contextuelle des œuvres. Pour cela, les enfants ont interrogé plusieurs experts sur les principales œuvres présentées. Les contributions audios sont disponibles sur le site internet du musée et sur un QR code affiché pendant l’exposition.

Intégrer plusieurs voix au récit

Le département Éducation s’est associé à une école primaire de la région de Wachau pour produire un audioguide alternatif pour l’exposition Wachau. The Discovery of a World Heritage Site (Wachau. A la découverte d’un site classé au patrimoine mondial). Chaque épisode comprend un entretien lors duquel les élèves interrogent un expert sur une œuvre donnée. Parmi les spécialistes se trouvent le directeur du musée, le conservateur de l’exposition, des responsables de l’UNESCO et du patrimoine mondial ainsi que des habitants de la région. Ce sont les enfants qui mènent la conversation et décident des histoires racontées. L’attention n’est donc plus centrée sur les détails historiques et artistiques, mais tournée vers des questions telles que « Pourquoi y a-t-il un chapeau par terre que personne ne ramasse ? », « Pourquoi l’artiste a-t-il peint une femme avec un enfant ? » ou encore « Qu’est-ce qui se cache derrière les pierres marron ? »

© Kunstmeile Krems

La mise en place du projet en des temps difficiles

Peu après le lancement du projet, le 2 mars 2020, les musées et écoles autrichiennes ont dû fermer en raison de la pandémie de COVID-19. L’équipe Éducation a alors été confrontée à un véritable défi : comment garder le contact avec la communauté locale, malgré les mesures de distanciation ? Comment permettre la co-création, alors que les parents combinaient déjà tant bien que mal le télétravail et l’école à la maison ? L’implication des élèves dans le projet fut l’un des principaux facteurs de motivation qui a poussé le département à trouver une solution. La décision de poursuivre le projet à distance demandait à chaque partie de faire preuve de flexibilité. Le processus s’est déroulé de la façon suivante :

  • Les élèves effectuaient des recherches poussées sur les œuvres depuis chez eux. Ils ont usé de toute leur imagination pour enregistrer les questions à poser aux experts sur leurs téléphones portables, sans avoir de réels interlocuteurs en face d’eux. Le département Éducation de la Galerie d’État de Basse-Autriche – Kunstmeile Krems, leur a conseillé de s’entraîner d’abord avec leurs parents ou frères et sœurs avant de faire la prise.
  • Les parents aidaient les enfants avec l’enregistrement et dans leurs recherches, notamment sur certaines questions précises, comme par exemple, trouver la race d’un cheval figurant sur un tableau.
  • L’enseignante, quant à elle, aidait de son mieux parents et élèves de toutes les manières possibles. Elle a intégré le projet au programme à suivre à distance, invitant les écoliers à lui faire part régulièrement de leurs progrès et problèmes. Elle servait aussi d’intermédiaire entre les familles et l’équipe du musée, transmettant documents et questions.
  • Comme on pouvait sans doute s’y attendre, les experts ont rencontré plus de difficultés techniques que les jeunes reporters. Ceux-ci leur envoyaient des questions par email en leur demandant d’enregistrer vocalement leurs réponses. Une spécialiste âgée de 84 ans est finalement parvenue à s’enregistrer sur un téléphone, mais seulement après plusieurs tentatives et avec l’aide d’un membre du département Éducation.
  • L’équipe chargée du son a préparé des tutoriels à destination des enfants et les aidait à s’enregistrer à distance. Elle a notamment rédigé une présentation adaptée à leur âge, dans laquelle elle précisait le rôle des journalistes radio, définissait ce qu’est le bon journalisme et soulignait l’importance de bien remplir sa mission, en donnant des astuces pour mener un entretien réussi. En outre, elle a élaboré un document destiné aux parents, qui traitait de points techniques concernant le volume de l’enregistrement, la manière d’envoyer les fichiers, etc. L’équipe a ensuite édités les sons pour créer les contributions finales : en raison des différents paramètres de chaque fichier, c’était une tâche complexe.

Ancrer l’exposition dans le monde actuel

Ces contributions audios ancrent les œuvres du passé dans la vie des élèves et présentent de nouvelles interprétations, non seulement de celles-ci, mais de toute la région, aux visiteurs du musée, physique comme virtuel. Ce projet participe à la mission de la Galerie d’État de Basse-Autriche : être un lieu pour tout un chacun, qui accueille toutes les idées et relie l’art à notre quotidien.

Il a été financé par « culture connectée », une initiative nationale lancée par le ministère fédéral de l’Éducation, des Sciences et de la Recherche.

Références et ressources

Galerie d’État de Basse-Autriche :

https://www.lgnoe.at/en

Wachau. The Discovery of a World Heritage Site :

https://www.lgnoe.at/en/exhibitions/15-wachau

__________________

LISEZ TOUS LES ARTICLES DE ICOM VOICES

Les opinions exprimées dans l’article n’engagent en aucune façon l’ICOM et relèvent de la responsabilité de son auteur.

Pour participer au nouvel appel à contributions de ICOM Voices, en partageant vos expériences, cliquez ici.