Les musées n'ont pas de frontières,
ils ont un réseau

All news

avril 6, 2020

FocusVers la prochaine étape pour la modification du règlement européen interdisant l’azote dans l’UE

Les résultats de la consultation concernant l’utilisation de l’azote pour la protection du patrimoine culturel poussent l’ICOM et l’ICOMOS à passer à l’étape suivante. 

Depuis mars 2019, l’ICOM et l’ICOMOS demandent la modification du règlement de l’UE n° 528/2012 interdisant l’utilisation de l’azote généré in situ (N2).

Le traitement par anoxie s’est révélé être une méthode polyvalente et écologique de désinfection et de désinfestation des objets du patrimoine culturel. Il s’agit d’une pratique entre les plus compatibles avec de nombreux matériaux. Son interdiction a des conséquences importantes pour le secteur du patrimoine et porte également préjudice, sur le plan économique, au marché des acteurs européens dans la lutte antiparasitaire intégrée.

L’Agence européenne des produits chimiques (ECHA) et la Commission européenne ont lancé une consultation ouverte en décembre 2019, invitant les parties intéressées à fournir des informations sur les alternatives potentielles disponibles pour la protection du patrimoine culturel. L’ICOM et l’ICOMOS ont soutenu conjointement cette action qui a eu des résultats extrêmement positifs pour le secteur du patrimoine. Sur près de 1 500 propositions reçues, seules 3 d’entre elles s’opposaient à l’utilisation de l’azote. Nous profitons de cette occasion pour remercier tous les participants à l’initiative.

Parallèlement, l’ICOM est fermement convaincu que la suppression de l’azote du règlement constituerait la meilleure solution. L’azote compose 70 % de notre atmosphère. Il ne représente pas un élément dangereux – on pourrait aussi bien classer l’eau comme biocide. Nous faisons appel au bon sens des politiciens et des administrations européennes pour modifier ce règlement.

L’ICOM et l’ICOMOS préparent actuellement la demande d’inclusion de l’azote généré in situ dans l’annexe du règlement. Nous demandons à nos membres de soutenir cet effort et de nous envoyer des informations sur les études et les méthodes d’utilisation de l’azote dans la lutte antiparasitaire intégrée pour le secteur du patrimoine.