Les musées n'ont pas de frontières,
ils ont un réseau

Musées et COVID-19 : 8 étapes pour soutenir la résilience des communautés

Musées et COVID-19 : 8 étapes pour soutenir la résilience des communautés

Les secteurs culturels et créatifs figurent parmi ceux qui sont le plus touchés par la crise du COVID-19 et les musées ne font pas exception. Nous sommes conscients des nombreuses difficultés rencontrées par les musées et les professionnels des musées en cette période et prions instamment les responsables politiques et les décideurs d’allouer rapidement des fonds de soutien pour assurer la pérennité des musées. L’ICOM a à cet égard publié une déclaration disponible sur notre site Web.

Nous suivons avec beaucoup d’attention les répercussions de la crise sur le secteur des musées et nous félicitons des solutions créatives mises en place par les musées du monde entier pour toucher leur public et rester présents aux côtés de leurs communautés. Nous savons qu’il ne s’agit pas seulement de continuer à faire vivre nos institutions mais aussi de mobiliser leurs efforts et leurs capacités pour accompagner la résilience des communautés et aller vers un rétablissement rapide.

Tout en continuant avec nos organisations partenaires à étudier des moyens concrets par lesquels musées et autorités à toutes les échelles – locales, régionales, nationales – peuvent collaborer pour que les musées demeurent en tête des préoccupations des responsables politiques, nous souhaitons :

  • proposer des suggestions d’actions aux musées et aux professionnels des musées pour soutenir la résilience des  communautés pendant et après la crise du COVID-19 ; 
  • apporter des exemples d’initiatives prises par les musées et des ressources utiles dans le contexte actuel.

 

1. Assurez en priorité votre sécurité et votre bien-être

La sécurité de votre musée, ainsi que la sécurité et le bien-être de votre personnel, sont prioritaires. Vous avez besoin de votre personnel tout autant qu’il a besoin de vous en cette période difficile, tant pour la reprise de votre activité que pour soutenir votre résilience, aujourd’hui et après la crise. Il est indispensable de respecter les recommandations des institutions publiques et sanitaires (telles que l’Organisation Mondiale de la Santé).

Soyez dans le même temps à l’écoute de votre personnel, de ses besoins en termes de santé, de sécurité et de conditions de travail (ressources, outils, matériel). Certains peuvent avoir besoin d’aménagements particuliers pour pouvoir continuer à travailler (depuis chez eux ou sur site) tout en protégeant leur propre santé et bien-être et ceux de leurs proches. S’il s’avère impossible de maintenir certains postes dans ces nouvelles conditions de travail, envisagez avec les personnes concernées différentes possibilités de redistribuer le travail ou de définir des tâches innovantes et créatives qui pourraient être utiles à votre musée. Vous pouvez éventuellement permettre la participation à des actions bénévoles auprès des communautés pendant les heures de travail, en vérifiant au préalable que cela est possible du point de vue juridique et de la sécurité.

Compte tenu de la protection des données et d’autres mesures de protection, n’oubliez pas que vous ne connaissez pas toujours la situation précise des membres de votre personnel (concernant leur santé, leur logement ou leur famille). Ces différentes situations peuvent se traduire par des besoins particuliers dans la crise actuelle. Par conséquent, il peut être préférable de ne pas imposer de solutions générales qui risqueraient de ne pas convenir à tous et placer des personnes dans des situations indésirables. N’oubliez pas qu’elles n’ont pas à vous communiquer des détails de leur vie privée. Il appartient à tous de prendre en compte le fait que les personnes qui nous entourent peuvent se trouver dans des situations particulières.

Pendant les heures de travail, accordez à vos équipes du temps et de l’espace (en ligne, ou par téléphone) pour qu’elles s’adaptent à la situation, échangent entre elles, se soutiennent mutuellement, et recherchent ensemble des solutions.

Tenez-vous informé de l’évolution de la situation, dans le monde et dans le secteur des musées :

Contactez votre Comité national de l’ICOM pour échanger et trouver du soutien entre pairs.

L’American Alliance of Museums a publié une page Web intitulée COVID-19 Resources & Information for the Museum Field et un article expliquant comment utiliser les différents scénarios pour préparer la réponse de votre propre musée à la crise du COVID-19.

La Museums Association a publié plusieurs articles, en particulier sur la manière dont les musées gèrent leur personnel pendant la crise.

Il convient de continuer à appliquer les lignes directrices déontologiques en cette période difficile :

Le Code de déontologie de l’ICOM est un texte de référence qui définit des normes pour les pratiques des professionnels de musées.

Contactez le nouveau Comité international de l’ICOM, IC-ETHICS, pour discuter des questions de déontologie qui se font jour en cette période.

2. Privilégiez ce que vous réussissez le mieux et cherchez de nouvelles façons de le faire, essayez de nouvelles actions, revisitez les modes de travail traditionnels

Poursuivez les activités que vous estimez importantes :

  • certaines de vos activités habituelles peuvent se révéler indispensables en cette période. Si elles peuvent être menées dans les conditions sanitaires et de sécurité requises, essayez de les maintenir ;
  • recherchez de nouvelles façons d’effectuer les activités qui ne peuvent plus être conduites dans les conditions actuelles (transformez par exemple les ateliers familiaux en tutoriels ou en événements en ligne).

Les périodes de changements, que ces derniers soient difficiles ou favorables, sont propices aux nouvelles expériences. Les médias foisonnent d’articles encourageant les personnes confinées chez elles à apprendre de nouvelles choses, à améliorer leurs activités habituelles ou à acquérir de nouvelles habitudes de vie, telles que mieux cuisiner ou faire du sport à la maison. Ces conseils peuvent également s’appliquer aux activités professionnelles ! Nos plans et nos habitudes étant bouleversés, pourquoi ne pas en profiter pour explorer de nouveaux modes de travail ?

Certaines personnes peuvent toutefois faire face à une surcharge de travail, de difficultés personnelles ou émotionnelles. Ces personnes doivent avant tout répondre à leurs besoins élémentaires, et il est difficile de travailler à innover dans un tel contexte. Il ne s’agit donc pas de leur rajouter une pression supplémentaire, mais dans la mesure du possible, d’élaborer de nouveaux modes de travail à même de faciliter les tâches actuelles en explorant de nouveaux outils ou en revisitant les outils traditionnels.

Essayez de diversifier les outils et les canaux de communication utilisés pour atteindre votre public. Vous pouvez également redéfinir les mesures et les normes d’accessibilité. De nombreux musées déploient actuellement des efforts considérables pour élargir leur offre numérique. Ces initiatives sont très précieuses pour toucher un large public, comme en témoigne l’augmentation du nombre de visites des sites Web des musées. N’oubliez pas toutefois que certains groupes de population n’ont pas accès aux plateformes numériques ou ne maîtrisent pas leur utilisation. Si cela s’avère utile à votre musée et à votre communauté, soutenez le développement de la culture numérique.

Vous trouverez en ligne de nombreux exemples de la manière dont les musées adaptent leurs activités pour rester en contact avec les communautés :

Consultez les nouveaux articles publiés sur le site de l’ICOM, sur la manière d’atteindre – et engager – votre public à distance et comment garantir la diversité et l’inclusion dans les activités numériques.

Le Palestinian Museum lance la campagne Museum from Home – Palestine Perseveres pour offrir un contenu culturel et pédagogique pour tous les âges sur sa plateforme en ligne (contenu en arabe, résumé en anglais ).

Le Musée ethnographique d’Istrie, en Croatie, a mis en ligne l’exposition « What are you afraid of? Fear in our everyday life  », qui apparaît aujourd’hui malheureusement plus d’actualité que ce que nous avions prévu », ainsi que le précise le musée. L’Israel Museum propose quant à lui une vidéo de son exposition « Seated in Seclusion », qui prend une signification nouvelle avec le confinement de milliards de personnes dans le monde.

Le musée néozélandais Te Papa a créé la page « Little Page of Calm  » sur son site pour proposer à son public du contenu favorisant le bien-être.

NEMO a publié les résultats de son enquête et une série d’exemples d’initiatives prises par les musées européens.

Photo by Brett Jordan on Unsplash

3. Suivez l’évolution des besoins de la société, écoutez vos communautés et déterminez quelle aide vous pouvez apporter

Essayez de comprendre la situation actuelle et ses conséquences sur la société, en particulier sur les groupes les plus vulnérables, dans votre propre contexte. Nous avons constaté par exemple que la crise actuelle frappe plus durement les sans-abri, les femmes confrontées à la violence domestique, les enfants qui ne peuvent accéder facilement à l’enseignement à distance, les migrants et les réfugiés, et les minorités qui souffrent d’une exacerbation des discriminations et de la xénophobie. De plus en plus d’entreprises procédant à des licenciements massifs, les chômeurs sont aussi dans des situations plus fragiles. Enfin, n’oubliez pas que le personnel de santé figure parmi les groupes de population soumis à de très fortes pressions.

Utilisez tous les moyens à votre disposition pour détecter les besoins des communautés :

  • restez en contact avec les autorités locales ou régionales, les services sociaux ou sanitaires ;
  • suivez les données, les chiffres, les besoins et demandes de la société ;
  • restez si possible en contact avec les représentants des communautés, pour être informés directement de leurs besoins les plus urgents ;
  • gardez présent à l’esprit les Objectifs de Développement Durable des Nations Unies. Étant donné qu’ils prennent en compte les défis à relever pour instaurer un avenir meilleur et plus durable pour tous, ils constituent une source d’inspiration très utile.

Identifiez les atouts et les particularités de votre musée en rapport avec ces besoins et réfléchissez à la manière dont vous pouvez répondre à certains d’entre eux.

Vous pouvez innover et essayer de nouvelles activités, mais les solutions proposées peuvent parfois être très simples : utilisez par exemple les comptes que vous possédez déjà sur les réseaux sociaux pour sensibiliser le public aux mesures de prévention sanitaire ou aux dangers que provoque la diffusion de fausses informations.

Exemples d’actions entreprises par les musées pour soutenir le système de santé :

Le Museum Für Naturkunde, à Berlin, suit l’épidémie et publie sur son site Web des liens utiles et des informations.

Les musées et les institutions patrimoniales de Normandie donnent leurs masques aux professionnels de la santé. Consultez ce post Facebook pour en savoir plus.

L’organisation Curators Without Borders propose des tutoriels gratuits pour fabriquer des masques de protection à partir de matériaux disponibles facilement. Suivez ses instructions si vous souhaitez fabriquer et distribuer des masques aux communautés.

Prenez en compte l’impact de l’épidémie sur les droits de l’homme et suivez les réponses proposées par les musées pour protéger les groupes vulnérables :

Consultez les informations fournies par Human Rights Watch pour être informé des répercussions du COVID-19 sur les droits humains.

Au Royaume-Uni, le Homelessness Museum mobilise des bénévoles par l’intermédiaire de son site Web pour apporter des colis alimentaires et des produits de première nécessité aux sans-abri.

Consultez les campagnes menées sur les réseaux sociaux par le Museo Memoria y Tolerancia, au Mexique, pour défendre les droits de l’homme (contre le racisme et les violences domestiques, pour le droit à la santé, au logement, à un travail décent et à une couverture de sécurité sociale) en cette période de pandémie.

Inspirez-vous des actions menées dans d’autres secteurs :

Le Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD) a publié des lignes directrices concernant la participation des communautés au rétablissement après une catastrophe.

4. Rappelez-vous que vous n’êtes pas seuls, restez en contact avec vos partenaires, vos collaborateurs et les communautés

Rappelez-vous que vous n’êtes pas seuls. Vous n’avez pas à faire face seuls à cette actualité et à ces difficultés sans précédent.

Contactez vos collègues, restez en lien avec vos réseaux professionnels, partagez des informations sur les actions que vous menez, vos difficultés et la manière dont vous vous adaptez.

Créez ou relancez des partenariats ou des groupes de solidarité avec des personnes qui veulent également proposer des solutions afin d’établir des synergies. La mise en place de partenariats intersectoriels avec des institutions ou des ONG des secteurs non culturels et des initiatives lancées par les communautés peut vous aider à trouver de nouvelles façons d’encourager la résilience des communautés. Tout comme vous, un grand nombre d’institutions et de bénévoles s’emploient à trouver des solutions pour soutenir la société, et veulent être le plus utiles possible. Certaines institutions créent des groupes de travail intra- ou inter-organisation pour encourager des actions innovantes. Cela peut également être une option intéressante pour vous.

Consultez le guide ICOM-OCDE, qui propose de nouvelles façons d’instaurer des partenariats intersectoriels et des bonnes pratiques adoptées par les musées pour optimiser leur impact sur la société grâce à la coopération avec des secteurs non culturels. Ce guide peut aussi vous aider à solliciter l’appui financier des autorités locales et régionales. La crise actuelle risque d’entraîner de graves conséquences sur les fonds destinés à la culture, mais en adaptant leurs activités pour répondre aux problèmes les plus urgents, en particulier en matière de santé, de bien-être et de justice, les musées devraient pouvoir bénéficier d’autres mécanismes d’aide financière.

Informez-vous sur la manière dont d’autres institutions s’associent pour rester pertinentes et apporter une réponse rapide aux problèmes et attentes actuels grâce à des partenariats actifs : 

Le ministère de la Culture argentin a lancé un nouvel appel dans le cadre de son programme Points of Culture , destiné à apporter un soutien financier et technique à la mise en œuvre de projets culturels pour les communautés. Avec cette nouvelle mesure, le ministère veut limiter les répercussions sociales et économiques de la pandémie sur le secteur.

La plateforme en ligne ART Power HK invite toutes les organisations de la communauté artistique de Hong Kong (galeries, musées et autres structures artistiques et culturelles) à participer à la campagne lancée pour que la scène artistique locale retrouve tout son dynamisme aux lendemains de la crise. 

Recherchez les lignes directrices et les rapports susceptibles de vous aider à instituer et/ou à renforcer des partenariats destinés à accentuer votre impact social :

Le Guide ICOM-OCDE pour les administrations locales, les communautés et les musées est une feuille de route pour les administrations locales, les musées et les professionnels des musées sur la manière de définir conjointement un programme de développement local faisant la promotion d’un avenir plus durable.

Consultez le rapport Social Inclusion: Partnering with Other Sectors réalisé par le groupe de travail Voices of Culture et publié en octobre 2018, qui dresse la liste « des facteurs de réussite et des obstacles et fournit des recommandations sur la manière d’améliorer les partenariats établis entre le secteur de la culture et les autres secteurs d’activité ».

Photo by Anastasiia Chepinska on Unsplash

5. Tirez des leçons du passé

Il est possible de tirer des leçons de la manière dont d’autres personnes ont géré des situations similaires dans le passé, même si l’ampleur et les conditions des événements sont différentes. Consultez la documentation disponible et n’oubliez pas qu’un grand nombre de vos collègues peuvent échanger des informations avec vous. Échangez avec eux, documentez-vous et partagez vos expériences sur vos réseaux.

C’est aussi le moment de faire preuve d’empathie et de solidarité ! Inspirez-vous des musées et organismes (bibliothèques, archives, sites) qui possèdent une expérience de la gestion des risques en cas de catastrophes et de la résilience. Les initiatives visant à défendre les groupes les plus vulnérables et à résoudre les difficultés peuvent aussi bénéficier des expériences menées par les musées pour traiter de thèmes difficiles et polémiques, tels que la violation des droits de l’homme ou des animaux, les manifestations, les conflits, l’immigration, les sans-abri, les questions concernant la communauté LGBTIQ+, le SIDA et le VIH, les violences domestiques ou les féminicides.

La solidarité, l’empathie et la résilience sont étudiées et documentées depuis des années par d’autres domaines spécialisés, tels que la psychologie et la sociologie, dont peuvent s’inspirer nos communautés pour mieux comprendre leurs propres réactions et les comportements des groupes.

Les musées en temps de crise :

Regardez la séance plénière de l’ICOM à Kyoto sur les musées en cas de catastrophe, au cours de laquelle Alejandra Pena Guiıterrez a prononcé un discours sur l’expérience de Porto Rico au moment de l’ouragan Maria, qui illustre la manière dont les musées peuvent contribuer à la résilience des communautés et soutenir la reprise.

Le National Museum of Australia, à Canberra, a créé une plateforme nationale numérique pour recueillir des témoignages de la population et rendre hommage aux travailleurs des services d’urgence, dans le cadre d’un programme plus large de collecte d’informations et de communication auprès de la population consacré aux incendies qui ont ravagé le pays l’été dernier.

Les musées traitent des questions difficiles, sensibles et sujettes à polémique :

Consultez l’édition 2018 de la revue Museum International intitulée Museums and Contested Histories , qui présente des exemples de la manière dont les musées peuvent aborder des sujets de société actuels problématiques ou polémiques.

6. Étudiez comment rassembler rapidement des réponses et documenter la crise et ses conséquences

Rassembler et publier des documents sur la crise, ses conséquences et les différentes manières de réagir au choc qu’elle représente peut vous permettre d’enrichir vos collections, de leur donner une nouvelle signification et de constituer une mémoire pour les générations futures. Voyez s’il est possible d’élaborer des stratégies destinées à collecter rapidement des matériaux contemporains (tels que des nouveaux objets et/ou des supports numériques, des témoignages individuels par le biais d’un travail oral) sans menacer la sécurité de votre personnel ou des autres personnes impliquées ni compromettre vos autres obligations.

La cartographie et la visualisation des différentes expériences vécues actuellement ou la recontextualisation de vos collections grâce à la mise en place de plateformes innovantes et l’ajout de nouvelles acquisitions pourraient vous permettre de vous engager aux côtés de vos communautés. Celles-ci pourraient en retour partager leurs inquiétudes, leurs pensées, leurs émotions et leurs besoins, et vivre ainsi cette période de crise moins difficilement.

Selon le type ou la taille de votre musée, et si cet objectif correspond à votre mission générale, vous pouvez définir un thème à documenter ou autour duquel rassembler des éléments, par exemple, les formes d’art suscitées par le COVID-19, les difficultés rencontrées par les sans-abri, l’impact de la crise sanitaire sur l’environnement, les nouveaux paysages urbains, et la manière dont les villes et les populations sont touchées par la crise.

Documentation rassemblée sur la crise et expositions en ligne : 

Le Museo Etnográfico Juan B. Ambrosetti, en Argentine, organise l’exposition collective « ExpoCuarentena  », qui rassemble des objets accompagnant la population pendant la crise.

Le Musée canadien pour les droits humains rassemble des vidéos et organise une exposition en ligne autour d’histoires individuelles en relation avec le COVID-19.

Les musées du Colorado, aux États-Unis, rassemblent des témoignages et invitent les membres de leurs communautés à partager leur expérience du COVID-19, en ligne ou par téléphone, afin de conserver une trace de cette période.

Le Museum Erding, en Allemagne, rassemble des témoignages, des objets et des photographies illustrant la vie pendant l’épidémie et la façon dont elle a touché toute sa communauté.

Lignes directrices, considérations déontologiques :

Si vous prévoyez de réaliser un projet similaire ou souhaitez savoir comment en élaborer un, consultez les ressources proposées par le COMCOL (Comité international de l’ICOM pour le développement des collections), ainsi que l’appel lancé par ce dernier ici.

La Museums Association a également publié une déclaration sur la déontologie applicable aux collections contemporaines pendant la crise du COVID-19.

7. Tirez parti de cette expérience

Si de nombreux musées sont encore en pleine crise, quelques-uns commencent à préparer leur réouverture. Ce peut être le moment de réfléchir à l’expérience qu’ont vécu (ou vivent encore) votre institution et votre personnel. Vous pouvez aussi penser à différentes façons d’inviter les membres de votre communauté à faire de même.

Prévoyez un certain temps pour définir en quoi les activités menées en cette période étaient différentes de celles des périodes normales. Avez-vous modifié vos priorités, en tant que professionnel et en tant qu’institution ?

Avez-vous (re)découvert de nouveaux atouts ou développé de nouvelles compétences au sein de votre institution ou auprès de votre personnel pendant cette période ? Avez-vous tenté des expériences qui ont réussi ? Ou d’autres qui ont échoué mais qui peuvent finalement se révéler aussi utiles ? Avez-vous rencontré des difficultés ? Vécu des moments de solidarité, de créativité ?

Souhaiteriez-vous intégrer certains éléments à votre nouvelle façon « normale » de travailler ? Ce peut être une nouvelle pratique, un nouvel outil, un enseignement tiré d’une réussite ou d’un échec, une nouvelle façon de voir les choses, de nouvelles priorités.

Il est encore trop tôt pour savoir comment cette crise affectera vos communautés, votre personnel et votre institution à moyen et long terme. N’oubliez pas toutefois que vous pouvez échanger avec des pairs qui ont passé le pic de la crise. Leur expérience pourrait vous aider à élaborer des plans pour l’avenir. Ils peuvent par exemple déjà savoir si leurs visiteurs redoutent toujours les rassemblements et évitent d’aller dans les musées alors que la crise est passée.

Les réseaux professionnels comme l’ICOM sont précieux pour échanger des connaissances et des expériences entre collègues du monde entier, confrontés aux mêmes difficultés.

8. Restez unis et aidez-nous dans nos actions de sensibilisation

N’oubliez pas que votre pérennité est indispensable afin que vous puissiez continuer à contribuer à la viabilité de la planète. La crise du COVID-19 est une crise sanitaire, mais aussi une crise du développement. En tant que musées et professionnels des musées, nous aurons un rôle important à jouer pour construire un avenir équitable, pacifique et durable.

Nous invitons tous les musées et les professionnels des musées à rester informés de nos actions de sensibilisation, à relayer nos déclarations et à suivre les mesures, les fonds de soutien, les mécanismes d’aide et les campagnes d’information susceptibles de les aider. Si vous ne disposez d’aucun de ces moyens dans votre environnement local, régional ou national, nous serons bien sûr présents à vos côtés pour vous aider.

Consultez les initiatives prises par l’ICOM pour défendre les musées :

Lisez et diffusez la déclaration de l’ICOM sur la nécessité de lever de fonds de soutien pour les musées pendant la crise du COVID-19, ainsi que la déclaration cosignée par l’UNESCO et certains de ses partenaires principaux, dont l’ICOM, qui appelle à transformer la menace du COVID-19 en une occasion de soutenir davantage la documentation du patrimoine.

Participez à l’enquête de l’ICOM, Musées, professionnels des musées et COVID-19, destinée à recueillir des informations sur la façon dont l’épidémie de COVID-19 en cours affecte le secteur des musées à travers le monde.

Lisez la Résolution ICOM adoptée en 2019 et la déclaration de la Présidente sur le développement durable et regardez la vidéo de la séance où des intervenants inspirants se sont exprimés sur le thème « Curating Sustainable Futures Through Museums  », à la 25e Conférence générale de l’ICOM, à Kyoto, en 2019.

Enfin, contactez les Comités nationaux et internationaux, les Alliances régionales, les organisations affiliées, les Comités permanents et les Groupes de travail, qui sont là pour vous aider. Annuaire des comités de l’ICOM.

Faites nous part de vos expériences qui pourraient aider d’autres musées et professionnels des musées à accompagner la résilience de leurs communautés en cette période difficile !

Pour toute question ou information, contactez les chargés des Musées et Société Afşin Altaylı et Marie Claverie à l’adresse mas@icom.museum

Photo by m on Unsplash