Les musées n'ont pas de frontières,
ils ont un réseau

All news

juin 28, 2022

FocusL’ICOM est en train de préparer une Liste Rouge d’urgence des Biens Culturels en péril pour l’Ukraine

L’ICOM, en étroite coopération avec son Comité national en Ukraine, est en train de préparer une Liste Rouge d’urgence des biens culturels en péril pour l’Ukraine.

Depuis l’invasion russe en Ukraine en février 2022, l’ICOM, ses Comités nationaux et ses membres ont travaillé sans relâche pour aider leurs collègues professionnels des musées en Ukraine, en envoyant de l’aide matérielle, en apportant du soutien, notamment en organisant des opérations de secours pour les réfugiés fuyant le conflit, et en publiant des déclarations fortes s’opposant à la guerre et appelant à la protection du patrimoine culturel. Le Secrétariat de l’ICOM s’est également engagé dans des activités permettant de faire la liaison entre les parties prenantes concernées et les partenaires de l’ICOM au niveau international pour évaluer les besoins et la situation sur le terrain.

“En raison de la guerre, les objets ukrainiens sont exposés au risque de vol et de trafic illicite. Le Ministère ukrainien de la culture et de la politique de l’information soutient les initiatives internationales de la communauté muséale pour protéger notre patrimoine national, comme la préparation d’une Liste Rouge pour l’Ukraine”.

Kateryna Chuyeva, vice-ministre de la culture et de la politique de l’information

En temps de guerre, le patrimoine culturel est particulièrement vulnérable et les biens culturels sont exposés à un risque élevé de vol et de trafic. En outre, même lorsque les musées tiennent des inventaires régulièrement mis à jour, une situation de conflit accroît les menaces pesant sur le patrimoine culturel et compromet les mesures préventives existantes contre le vol et le trafic. Cela vient s’ajouter aux menaces existantes pour le patrimoine qui sont courantes dans le monde entier. Tous ces facteurs combinés avec l’augmentation des risques dus au conflit soulignent l’importance de créer une Liste Rouge d’urgence pour l’Ukraine afin d’identifier les objets à risque. L’ICOM a une longue expérience dans la réponse aux situations d’urgence, plus précisément dans le but de protéger le patrimoine du trafic illicite dans les zones de conflit, l’ICOM a déjà produit plusieurs Listes Rouges d’urgence de biens culturels en péril, notamment pour l’Afghanistan (2006), l’Irak (2003 et 2015), le Mali (2016) et le Yémen (2018). L’ICOM va s’appuyer sur cette expertise pour produire une nouvelle Liste Rouge permettant de protéger le patrimoine culturel ukrainien, avec le soutien du Ministère ukrainien de la culture et de la politique de l’information.

L’ICOM travaille actuellement avec des experts de musées de l’ICOM Ukraine et des pays voisins pour déterminer quels objets sont les plus à risque d’être trafiqués. Pour chaque Liste Rouge, l’ICOM coopère étroitement avec des historiens de l’art et des archéologues des pays concernés, car ces experts sont les mieux placés pour s’assurer que les objets inclus dans les listes reflètent les menaces actuelles et futures.

“Notre patrimoine est menacé, et pour le protéger, ICOM Ukraine coordonne une équipe d’experts qui travaillent sur une Liste Rouge d’urgence pour l’Ukraine. Nous savons que la communauté internationale a besoin d’un outil qui aidera à identifier les objets ukrainiens qui risquent d’être exportés illégalement, et l’équipe de l’ICOM est mobilisée pour produire cette liste le plus rapidement possible”.

Anastasiia Cherednychenko, Vice-présidente de l’ICOM Ukraine

L’ICOM publie des Listes rouges depuis plus de 20 ans. Chaque Liste Rouge est unique, que le pays soit en conflit ou non, mais malgré les différents contextes propres à chaque pays, les Listes Rouges sont construites selon une méthodologie fixe. En effet, les Listes Rouges sont des outils à la fois flexibles et non exhaustifs mais ayant pour point commun d’identifier des objets protégés par la loi, qui peuvent être la cible d’un trafic illicite, et qui sont également très demandés sur le marché international de l’art. Les objets archéologiques, y compris les objets scythes, constituent la catégorie la plus importante, mais elle comprendra également des sections sur les manuscrits menacés, les peintures, les objets liés à l’art populaire, la numismatique et les objets religieux.

Outre la production de Listes Rouges, l’ICOM continue à promouvoir la coopération internationale pour lutter contre le trafic illicite de biens culturels en encourageant la ratification des conventions culturelles internationales, telles que la Convention de l’UNESCO de 1970 et la Convention d’UNIDROIT de 1995, ainsi que des accords bilatéraux entre États, qui sont essentiels pour lutter contre ce commerce illicite. Cette Liste Rouge d’urgence jouera un rôle important pour garantir que les États parties à ces conventions respectent leurs obligations internationales. La coopération internationale étant cruciale pour lutter contre le trafic illicite de biens culturels, l’ICOM compte sur le soutien de partenaires internationaux importants tels qu’INTERPOL et l’OMD pour sensibiliser à ce phénomène multidimensionnel, accroître la diffusion de la Liste Rouge et soutenir les collègues des musées en Ukraine.